^

Notre classe

Une grève emblématique pour l’embauche des intérimaires

Vidéo. Barbecue et convergence sur le piquet de grève des MC Syncro, en lutte contre la précarité

Flora Carpentier

C’est sans aucun doute l’une des plus longues grèves mobilisant des intérimaires qui se joue depuis le 5 décembre dans la zone industrielle de Chanteloup-les-Vignes, à l’usine d’MC Syncro, ce sous-traitant assemblant les roues pour les véhicules de PSA Poissy. La grève de cette vingtaine de salariés en lutte contre la précarité est si déterminée qu’elle commence à sérieusement faire parler d’elle, inquiétant la direction du site, qui a fini par ouvrir des négociations en ce début d’année.

Il faut dire qu’MC Syncro y perd des dizaines de milliers d’euros tous les jours, en brisant la grève par l’envoi de travailleurs détachés, depuis différents pays d’Europe. Une mesure illégale en regard de l’article L1251-10 du Code du travail, mais considérée par l’entreprise comme le prix à payer pour ne pas donner raison à une grève emblématique, non seulement pour sa revendication d’embauche des intérimaires, mais surtout pour la solidarité exemplaire entre ces derniers et les travailleurs du site en CDI, qui pourrait bien faire boule de neige si la lutte s’annonçait victorieuse. C’est ce caractère exemplaire qui est ressorti du rendez-vous de convergence et de solidarité qui était donné sur le piquet ce samedi 7 janvier à midi, qui a rassemblé des étudiants de différentes facs parisiennes et des travailleurs de secteurs divers, tous impactés par cette grève courageuse : cheminots des 4 coins de l’Ile-de-France, travailleurs de la santé, du nettoiement, des sites PSA de Poissy et Saint-Ouen, ainsi que le soutien de l’Union Locale CGT.
.

.

La lutte des MC Syncro est notre lutte à tous

Malgré le froid et la bruine de ce mois de janvier, c’est la chaleur des échanges entre différents secteurs combatifs que l’on retiendra de ce moment de convergence, qui a constitué un soutien moral et financier aux grévistes. Il ressortait de chaque intervention la volonté de briser les frontières établies par le patronat pour diviser les travailleurs et les isoler dans leurs luttes : créer des solidarités entre les salariés en CDI et les intérimaires, entre les salariés d’une entreprise et ceux des entreprises sous-traitantes, entre les travailleurs embauchés avec différents contrats ou statuts au sein d’une même boîte, entre travailleurs des différents secteurs, du public ou du privé. En effet, les travailleurs ont tout intérêt à se battre ensemble quelque soit leur statut, pour faire face aux divisions entre embauchés et précaires, que le patronat utilise pour faire pression et revoir les conditions de travail et de rémunération de l’ensemble des travailleurs à la baisse.

Tel est l’enjeu de la période à venir, pour résister aux attaques que nous promet le prochain gouvernement quel qu’il soit. En ce sens, la grève exemplaire des salariés d’MC Syncro, en portant haut et fort des revendications concernant l’ensemble de notre classe sociale comme l’embauche des intérimaires et des hausses de salaires, mérite de recueillir le soutien le plus large. Les étudiants s’étant portés solidaires des travailleurs en lutte ont eux aussi compris que cette grève les concernait, puisqu’il s’agit d’une lutte contre la précarité à laquelle ils font face au quotidien dans leurs « petits boulots », avec les conséquences que l’on connaît : difficultés à se nourrir, se vêtir, se loger…

Après les propositions indécentes de la direction, les grévistes poursuivent le mouvement

A ce jour, les grévistes d’MC Syncro ne peuvent se satisfaire des esquisses de négociations de la direction, qui refuse l’embauche en CDI et propose seulement l’embauche des intérimaires en CDD, alors même que la productivité est en constante augmentation et que les profits de l’entreprise se portent au mieux. Car comme le rappelaient les grévistes, un CDD reste un emploi précaire qui permet de traiter les salariés comme des kleenex et n’a en ce sens pas grand-chose à envier au statut d’intérim. Et pour ce qui est des intérimaires ayant eu le courage de se mobiliser, ils n’ont aujourd’hui plus rien à perdre, les agences Adecco et Alliance ayant mis un terme à leur mission dès le premier jour de grève. Ils ont donc toutes les raisons de poursuivre leur combat, d’autant que l’ouverture des négociations par la direction montre une volonté d’en finir avec le conflit. Alors que le tribunal devrait rendre sa décision d’ici la fin de la semaine, suite à la requête déposée par la CGT mettant en cause MC Syncro pour le remplacement des grévistes, ceux-ci ont plus que jamais besoin de notre soutien.

Pour soutenir les grévistes, vous pouvez leur rendre visite sur le piquet au 5 rue Panhard et Levassor, 78570 Chanteloup-les-Vignes, ou participer à la campagne de « selfies solidaires » en envoyant une photo de soutien à siterevolutionpermanente@gmail.com.

Pour les soutenir financièrement, vous pouvez aussi envoyer un chèque à l’ordre du délégué CGT : Ansoumane Dramé, 13 place de l’été vert - 78570 Chanteloup les Vignes.




Mots-clés

Vidéo   /    Grève   /    Précarité   /    PSA   /    Automobile   /    Notre classe