Notre classe

Solidarité avec les grévistes

[Vidéo] Les cheminots d’Austerlitz reçoivent 20.000€ de la caisse de grève nationale

Publié le 12 juin 2016

Ce vendredi 10 juin, jour du lancement de l’Euro, Romain Altmann d’InfoCom CGT, Mehdi Kemoune de la CGT Air France, et Mickael Wamen de la CGT Goodyear se sont rendu à la gare d’Austerlitz pour apporter aux cheminots en grève un chèque de solidarité de 20.000€ issu de la caisse de grève nationale lancée par Info’Com CGT, et qui atteint à ce jour un montant de 343 492 €, reflet de l’immense soutien de la population aux grévistes. Un chèque de 50.000 euros a déjà été remis aux grévistes du Havre jeudi dernier, ainsi que 15.000 euros aux cheminots de Versailles. Un nouveau rendez-vous est donné à l’occasion de la remise d’un chèque de soutien aux grévistes qui tiennent le piquet de l’incinérateur d’Ivry, ce lundi 13 juin à 14h30.

Faire un don en ligne à la caisse de grève

Intervention de Romain Altmann (InfoCom CGT), ce vendredi à Austerlitz :

« On tenait à être aujourd’hui à Paris Austerlitz, parce que comme aujourd’hui c’est l’ouverture des festivités autour de l’Euro, on s’est dit que Paris Austerlitz était un signe intéressant de lutte. Cette solidarité on l’a voulue pour les cheminots mais aussi pour d’autres secteurs (…). L’Euro ce n’est pas un évènement sacré auquel on ne devrait pas toucher, c’est aussi l’occasion de montrer à tous les gens qui nous regardent en Europe et dans le Monde que la France c’est aussi le mouvement social et les grèves ! (…) Cet argent va vous être distribué dans des modalités que vous allez décider, les syndicats et surtout les salariés grévistes aujourd’hui, quelque soit l’étiquette. On a voulu faire une caisse de grève au service du mouvement social plus qu’au service de telle ou telle organisation syndicale (…). Comptez sur nous pour être nombreux aussi le 14 pour qu’on puisse obtenir le retrait de la loi et pas sa renégociation, c’est ça l’objectif qu’on vise ! »

.
Intervention de Mehdi Kemoune (CGT Air France) :

« Le mouvement que vous menez à la SNCF me rappelle beaucoup celui qu’on a mené à Air France quand ils ont voulu nous privatiser. C’est arrivé en 2004 et on voit ce que ça a donné : une réduction des établissements, une externalisation des métiers… votre combat c’est le combat qu’on a mené et qu’on continue à mener, et la loi travail c’est la cerise sur le gâteau. On est tous dans le même bateau, on est tous dans le même train ! (…) Il faut qu’on continue à se battre, la peur est dans leur camp ! (…) Le 14 on doit avoir un mouvement énorme à Paris, et en Province pour ceux qui ne pourront pas monter. Quand un gouvernement a peur de son peuple, il est à la merci de sa colère ! »

.
L’intervention de Mickael Wamen (CGT Goodyear) est conclue par le message suivant :

« (…) C’est pas à vous de nous remercier, c’est à nous de vous remercier les camarades. C’est vous qui faites la fierté de ce qu’est la cause ouvrière dans notre pays. Pour convaincre vos camarades, je suis sûr qu’avec votre détermination vous allez y arriver. De toute façon, il faut qu’ils sachent qu’ils n’ont rien à perdre.

Chez nous à Goodyear, on a depuis la fermeture de l’usine, entre les cancers, les suicides, etc, plus de 12 camarades qui sont partis. La violence c’est celle-ci, la violence c’est les suicide, les divorces, les ventes de baraques, les gamins qui sont paumés… elle est là la violence. C’est eux qui nous imposent ça. Alors nous on va nous imposer notre violence, non pas en leur foutant dans la gueule mais en étant des millions dans la rue. Parce qu’en étant des millions ils vont forcément reculer. Vous êtes l’exemple pour la France, et la France est l’exemple pour l’Europe. Donc on continue, on lâche rien, retrait total , ni amendable, ni négociable ! »

partager

Mots-clés SNCF