^

Politique

Gravement brulé aux mains.

Violences policières. Mantes-la-Jolie : Un homme frappé et traité de « sale négro »

Samedi dernier, un homme de 27 ans a porté plainte contre X pour « violences policières à caractère raciste » après une interpellation au cours de laquelle il a été gravement brûlé aux mains.

Les faits se sont déroulés mardi 7 novembre à Mantes-la-Jolie dans les Yvelines. Le jeune homme se trouvait dans la cité du Val-Fourré quand les policiers sont venus le contrôler dans le véhicule d’un ami dans lequel il se trouvait. Après n’avoir rien trouvé lors de la fouille, un second véhicule arrive et le jeune homme est alors embarqué par les forces de police pour un « contrôle d’identité », ce à quoi il obtempère comme le montre les vidéos de la scène prises par des amateurs et rapportées par France 3.

C’est dans le fourgon à l’abri des regards que tout dégénère : l’homme est alors menotté et frappé. Il est plaqué au sol puis maintenu contre le chauffage d’appoint présent dans le véhicule pendant tout le long du trajet malgré ses cris de douleur. On lui réponds « tais-toi, tais-toi sale négro tu vas payer ». Arrivé au commissariat, l’interpellation pour contrôle d’identité se transforme alors en interpellation pour stupéfiants, rébellion et outrage à agent. Finalement, les policiers daignent enfin conduire le jeune homme à l’hôpital pour ses brûlures aux mains. Ses blessures relèvent du troisième degré de brûlures et il sera opéré d’une greffe de peau pour ses mains et devrait être hospitalisé pour une semaine.

La plainte a été reçu par le parquet de Versailles samedi mais la version des policiers est tout autre : ils affirment en effet que l’homme a « tenté de prendre la fuite » et a finalement été « hissé avec difficulté dans le fourgon » tandis qu’un « attroupement hostile » se formait autour. Une version que défend bien évidemment le syndicat de police SGP, dont le chargé de communication Luc Poignant avait déjà déclaré durant l’affaire Théo « Bamboula, ça reste encore à peu près convenable » . Une version des faits qui diffère à la fois avec celle de l’interpelé mais également avec les vidéos d’amateurs de l’arrestation.

Ce que beaucoup de journaux qualifient de « bavure policière » est cependant loin d’être un cas isolé aussi bien à Mantes-la-Jolie qu’à l’échelle nationale. En juillet dernier, le commissariat de Mantes-la-Jolie était en effet également au cœur d’affaires similaires comme le dévoilait BuzzFeed News. De plus, nationalement, on ne compte plus les abus policiers du même acabit. Parler de « bavures » serait une erreur car il s’agit, non pas de hasards individuels et occasionnels mais d’abus répétés, impunis et protégés par un système et une institution qui favorise et produit cette violence raciste. La police assassine et la police mutile ; le jeune homme interpellé est loin d’être le premier à subir les violences policières et ne sera malheureusement pas le dernier.

Crédits Photos : © AMEL PAIN/AP/SIPA




Mots-clés

Racisme   /    Violences policières   /    Politique