^

Communiqué du NPA

Violences policières inacceptables à la manifestation du 19 avril et lors de l’évacuation de Tolbiac

Communiqué du NPA. La manifestation du 19 avril a été une réussite du point de vue de la jeunesse : elle a concrétisé, avec de beaux cortèges étudiants, animés non pas par des « professionnels du désordre » mais par des milliers d’étudiants opposés à la LORE, l’explosion du nombre de jeunes dans les assemblées générales. De nombreuses universités sont bloquées et/ou occupées pacifiquement.

Communiqué du NPA

Mais le gouvernement a peur de cette mobilisation, qui peut encourager les mobilisation des cheminots, des jeunes et des salariés contre l’ensemble des attaques que subissent les classes populaires.

Le gouvernement a donc fait attaquer les cortèges étudiants hier. De nombreux étudiants ont été blessés par des grenades de désencerclement (6 étudiants de Jussieu notamment), et les CRS s’introduisaient à l’intérieur des cortèges afin de disperser les jeunes, de leur faire peur, sans parler des dizaines de grenades lacrymogènes qui ont été envoyées. Partout, les étudiants commencent donc à discuter de la nécessité de structurer des services d’ordre pour se défendre.

Ce matin, à Tolbiac, après les déclarations mensongères et loufoques du président Haddad visant à discréditer les étudiants et personnels mobilisés de son université, la police est intervenue pour tenter de casser militairement un pilier de la mobilisation. 4 étudiants ont été hospitalisés, d’autres ont été interpelés, le site de France Inter rapporte des violences contre une les dizaines de jeunes qui dormaient dans la fac. Des dizaines de personnes sont encerclés par la police devant Tolbiac.

Nous appelons à venir dès maintenant pour s’opposer à l’intervention, et massivement à 12h au rassemblement de soutien et à la conférence de presse qui auront lieu à Tolbiac. Nous exigeons l’arrêt des violences policières et refusons la dérive autoritaire, antidémocratique de Macron et son gouvernement.

Montreuil, le 20 avril 2018




Mots-clés

mouvement étudiant   /    Emmanuel Macron   /    Répression