^

Politique

Tournées, piquets de grève, actions : les cheminots restent mobilisés

Vote au Sénat : les cheminots de l’intergares restent mobilisés pour un changement de calendrier

Comme ils l’avaient décidé à la dernière rencontre intergares, toute la semaine des cheminots de différentes gares se sont réunis pour faire des « tournées » dans les six principales gares de la région parisienne : Paris-Est, Austerlitz, Montparnasse, Gare de Lyon, Gare du Nord, Saint-Lazare, mais également Chatillon, dépôt dépendant de Montparnasse particulièrement combatif. Des arrivées spectaculaires à plusieurs dizaines, réunissant des syndiqués et de nombreux non syndiqués, pour aller à la rencontre des cheminots, leur raconter les rencontres intergares, et surtout la politique de changement de calendrier qui a été décidée à la dernière.

En effet, alors que la CFDT et l’UNSA répètent les annonces de leur sortie prochaine de la grève, et que le reste de l’inter-fédérale s’obstine dans la stratégie de la grève perlée qui n’a donné aucun résultat au bout de deux mois de grève, et 26 jours de grève perlée, les cheminots se réunissant lors des rencontres intergares ont voté un changement de calendrier. Ces réunions ont permis au cours de ces dernières semaines aux cheminots syndiqués ou non, de gares de région parisienne et d’autres villes de province, qui ne se satisfont pas de la stratégie de l’inter-fédérale, de se réunir et discuter de perspectives pour la grève.

L’absurdité est telle que le calendrier inexorablement fixé par l’interfédérale ne prévoit même pas d’appeler à la grève le jour où la réforme ferroviaire doit être votée par le Sénat et le sort de l’ensemble des cheminots fixé. C’est pourquoi l’intergares, ainsi que plusieurs assemblées générales à Paris et en régions, ont voté le déplacement es jours de grève perlée du 2 et 3 juin, au 4 et 5, qui seront suivis par les jours de grève prévus originellement le 6 et le 7.

Les cheminots ayant participé à ces tournées intergares témoignent des retours très positifs qu’ils ont reçus de la part de leurs collègues. Certains ayant même signé des DII (Déclarations individuelles d’intention) sur le moment pour le 5 et se disant intéressés pour participer aux prochaines rencontres intergares.

Une semaine de lutte qui s’annonce : piquets de grève, actions et nouvelle rencontre intergares

Après 26 journées de grève, soit plus de journées cumulées qu’en 1995, les cheminots restent déterminés à obtenir le retrait du pacte ferroviaire.

Cette semaine se sont également tenus des piquets de grève au petit matin : les cheminots insistaient à la dernière intergares sur la nécessité de cette tradition de lutte, qui permet de visibiliser la grève aux yeux des collègues comme des usagers, et de convaincre de rejoindre la lutte. Un piquet s’est notamment tenu au Landy (secteur Paris-Nord) lundi à 6 heures.

Le mardi 5 va être une journée d’action, avec dans de nombreuses gares des piquets de grève et assemblées générales. Un rassemblement est appelé par Sud Rail devant le Sénat à 14 heures.

Jeudi se tiendra une nouvelle rencontre intergares, en présence de cheminots de plusieurs gares parisiennes et même certains de province, à 13h à la gare de Lyon, a l’ancien centre de tri postal, au bout du quai 23.




Mots-clés

Bataille du rail   /    Cheminot-e-s   /    Grève   /    SNCF   /    Politique