^

Monde

La France directement responsable

Yémen. La guerre, la famine et le choléra en passe d’emporter des millions de vies

La situation est déjà en tout point catastrophique, elle pourrait empirer dans les jours à venir. Outre une potentielle nouvelle intervention saoudienne, le Yémen est aujourd'hui confronté à la famine et à une 3ème épidémie de choléra depuis le début de la guerre. Ce sont des millions de vies qui sont menacées, dont celles de plus de 5 millions d'enfant selon une ONG.

Crédits photo : KHALED ABDULLAH / REUTERS

Depuis 2015, le Yémen vit au rythme de la guerre, dans le cadre d’un conflit « larvé » entre l’Arabie Saoudite et l’Iran. Si plus de 10 000 civils ont officiellement été tués, et il faut bien comprendre qu’il s’agit là d’un chiffre « a minima », la situation est en passe de passer un nouveau cap tragique.

En effet, la crise humanitaire qui touche le pays va se retrouver, dans le prochains jours et les prochaines semaines, fortement aggravée par trois facteurs. Les différents blocus exercés par le régime saoudien, qui estime qu’il s’agit là d’une « arme de guerre », ont fait exploser le prix des denrée alimentaire (+68% en 3ans). De ce fait, c’est aujourd’hui à une situation de famine généralisée qu’est confrontée la population yéménite. A cela s’ajoute le fait qu’une nouvelle vague de choléra, la troisième depuis le début du conflit, est sur le point de déferler sur l’ensemble du territoire. Pour couronner le tout, l’Arabie Saoudite et ses alliés menacent de bombarder la ville d’Hodeïda, sous le prétexte que les rebelles feraient transiter clandestinement des armes venues d’Iran. Des accusations loin d’être ettayées de preuves formelles, et qui devrait déboucher, si bombardement il y a, sur un nouveau massacre de civils.

Si aucune estimation précise n’est pour l’instant avancée, ces facteurs combinés devraient engendrer plusieurs millions, voire plus d’une dizaine de millions, de morts au Yémen à court terme. Selon l’ONG Save the Children, qui avance un chiffre précis en se cantonnant uniquement aux enfants, il s’agit de près de 5,2 millions de victimes. Un chiffre qui fait froid dans le dos…

L’impérialisme français directement responsable

Si la France n’est pas la seule puissance impérialiste alliée de l’Arabie Saoudite, force est de constater qu’elle occupe une place prépondérante, et qu’elle est ainsi directement responsable de la situation au Yémen.

Dès la première année du conflit, les classes dominantes ont cherché à justifier la coopération franco-saoudienne à travers leurs relais médiatiques. C’est ainsi que le journal Le Point publiait, le 6 janvier 2016, un article au titre explicite : L’Arabie Saoudite, l’indispensable allié de la France. Mais face à l’ampleur du désastre humanitaire, les « arguments » de façade défendant l’alliance franco-saoudienne ont peu à peu disparus des radars, jusqu’à ce que des justifications bien plus morbides émergent.

En effet, en avril 2018, Benjamin Griveaux, porte parole du gouvernement, assume bien plus ouvertement la défense des intérêts hexagonaux dans cette affaire. Ainsi, la vente d’armes à l’Arabie Saoudite constitue « un intérêt clair pour l’industrie française » , avant de préciser sur les ondes de Public Sénat Radio : « Il y a une industrie en France importante avec des milliers d’emplois à la clé sur cette industrie particulière qu’est l’industrie de l’armement […] Ça ne veut pas dire qu’on ferme les yeux mais [...] pour restaurer l’influence de la France dans certaines zones du monde, eh bien c’est un élément important de notre diplomatie. Notre industrie a aussi besoin de trouver des débouchés sur ces marchés ».

Il faut dire que sur la période 2007-2016, la France n’est ni plus ni moins que le deuxième vendeur d’armes de l’Arabie Saoudite. Le régime, particulièrement friand en matière d’armement y a consacré 600 à 800 millions d’euros annuel (tout vendeurs confondus) avec des pics à 1,9 et 3,4 milliards les deux années précédents le conflit au Yémen. Pour la France, l’exportation d’armes a permis d’engranger 14 à 20 milliards d’euros pour la seule année 2014 ! Il est donc indéniable que l’impérialisme français est l’un des principaux responsables de la crise humanitaire actuelle au Yémen.




Mots-clés

France   /    Yémen   /    Impérialisme   /    Arabie Saoudite   /    Vos guerres, ’no more’ !   /    Monde