^

Politique

Les prix de l'énergie s'envolent

+12,6% pour le gaz en octobre : il faut bloquer les prix de l’énergie et indexer les salaires sur les prix !

En cette rentrée, les prix continuent d’augmenter. Cette fois, c’est le gaz qui va connaître une nouvelle augmentation importante dès octobre, alors que l’électricité et le carburant augmentent également.

lundi 27 septembre

Crédits photo : AFP

En cette rentrée, les prix continuent d’augmenter. Cette fois, c’est le gaz qui va connaître une nouvelle augmentation importante dès octobre. Ce lundi, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) a en effet annoncé une hausse des tarfis réglementés du gaz de 12,6% au 1er octobre. En septembre, le prix avait déjà gonflé de 8,7%.

Cette augmentation répercute sur l’ensemble des consommateurs de gaz, soit trois millions de foyers dont la moitié dispose d’un contrat prix fixe permettant d’échapper à court-terme à cette augmentation, la dynamique sur le marché du gaz. « Cette évolution résulte de la hausse, historique, des prix du gaz sur le marché mondial qui se répercute sur les coûts d’approvisionnement du fournisseur de gaz Engie » a ainsi expliqué le régulateur. Des coûts qui sont notamment liés à l’incapacité de l’offre à suivre la reprise économique mondiale.

Elle vient s’ajouter aux hausses des prix qui se multiplient dans le cadre de l’augmentation des cours des matières premières. La semaine dernière, l’UFC-Que choisir pointait un risque « d’explosion » des prix de l’électricité qui pourraient passer en moyenne de 1550 euros en 2021 à 1700 en 2022. Même dynamique du côté du carburant dont le prix a augmenté de 20% depuis mai 2020 alors que le prix du Brent a été multiplié par deux depuis janvier 2021.

Ces augmentations touchent directement les consommateurs, et particulièrement les classes populaires pour qui la part du coût du carburant, de l’électricité et du gaz dans le budget total est par définition plus importante. Surtout, elles devraient être répercutées par les grandes entreprises sur leurs prix.

Il est fondamental de refuser que les travailleurs ne paient ces hausses des prix de l’énergie. Pour cela, ce n’est pas sur la bonne volonté du gouvernement et de son chèque énergie au montant arbitraire que nous pouvons compter. Mais un blocage des prix seulement conjoncturel est également insuffisant. Si il faut exiger en urgence un blocage des prix de l’énergie, c’est une indexation des salaires sur les prix qu’il faut revendiquer pour empêcher le patronat et l’Etat de nous faire payer les hausses des tarifs de l’énergie !




Mots-clés

Inflation   /    Prix de l’énergie   /    Politique