^

Politique

Répression

12 septembre à Toulouse. Les Gilets jaunes violemment réprimés avant même le début de la manifestation

Ce 12 septembre, la manifestation des Gilets jaunes devait débuter à 14h, place Jean Jaurès. Immédiatement nassés, chargés et gazés, avant même le début de la manif', les Gilets jaunes sont actuellement toujours présents au centre-ville de Toulouse

samedi 12 septembre

Bien sûr, l’interdiction de la manifestation la veille par la préfecture de Haute-Garonne était un signal répressif clair pour ce 12 septembre. À Toulouse, comme à Paris un peu plus tôt dans la matinée, de nombreux contrôles étaient déployés aux entrées de la ville dès le matin. La manifestation n’avait pas encore commencé que la première nasse de la police s’est mise en place, au bas des allées Jean Jaurès. Très vite, les forces de répression ont frappé, balançant leur coktail de gaz lacrymogènes, chargeant les manifestants et procédant à des interpellations.

Un climat répressif intense qui, pourtant, n’a pas entamé la détermination des manifestants. À l’heure ou nous écrivons ces lignes, des cortèges de Gilets jaunes continuent de manifester dans le centre-ville de Toulouse. Parmi eux, des salariés de l’aéronautique, de différentes boîtes, syndiqués ou non. Alors que le secteur est en proie à une crise historique, que les APC et les PSE se succèdent, ces salariés ont décidé de réagir. Ainsi, par la voix de Gaëtan Gracia, ouvrier CGT dans une entreprise sous-traitante de l’aéronautique, l’heure est à la mobilisation et à l’élaboration d’un plan pour gagner. C’est pourquoi une première rencontre des travailleurs de l’aéronautique est organisée le 17 septembre prochain, 14h, à la bourse du travail.




Mots-clés

Répression policière   /    Gilets jaunes   /    Grève   /    Aéronautique   /    Toulouse   /    Violences policières   /    Répression   /    Politique