^

Politique

PV arbitraires et abusifs

135€ pour un achat de tampons ou de gâteaux : un site recense les abus policiers sous le confinement

15 jours après le début du confinement, le ministre de l’intérieur se félicite du nombre de contrôles effectués et de l’efficacité des forces de l’ordre. Ce tournant autoritaire du gouvernement sous couvert de confinement a pour autant du mal à cacher les abus lors de ces contrôles, qu’ils soient liés à des arrestations violentes ou à des motifs abusifs de contravention.

mercredi 1er avril

Depuis l’annonce du confinement, le mardi 17 mars, ce sont près de 5.8 millions de contrôles qui ont été effectués par les forces de l’ordre, et plus de 350 000 amendes distribuées, comme l’annonce fièrement Christophe Castaner.

Déployant un discours de criminalisation des personnes qui ne respecteraient pas le confinement, le gouvernement brandit ces chiffres pour montrer l’efficacité des mesures liberticides mises en place. Pour autant, les motifs des verbalisations restent pour le moins abusifs, comme le montre avec clarté le site internet Survol.fr qui recense dans un Carnet de Notes intitulé « Verbalisé (parce que) » un certain nombre de témoignages de verbalisation outrancière. Nous faisons ci-dessous un petit tour d’horizon des différents cas présentés sur le site.

La verbalisation pour achat d’objets jugés de.. non-première nécessité

Un nombre important de témoignages relatent des contrôles de police avec verbalisation à la clé parce que les personnes n’auraient pas, selon les policiers, acheté des articles de première nécessité :

Pour l’achat de paquets de gâteaux par exemple :

Ou encore des bouteilles de Coca :

Les serviettes hygiéniques ne seraient pas non plus des biens de premières nécessités selon les forces de l’ordre :

L’achat de biens de première nécessité semble alors laissé à l’appréciation du policier effectuant le contrôle, visiblement seul à même de juger ce qui vous est nécessaire ou ne l’est pas.

Les motifs de verbalisation sont particulièrement nombreux et larges, de nombreuses personnes ont reçu des contraventions pour avoir dépassé le périmètre autorisé ou pour avoir utilisé le mauvais moyen de transport. On a ainsi vu des contraventions pénalisant des courses alimentaires trop loin du domicile, alors même que de nombreux français habitent à plus d’1 km du supermarché le plus proche.Ou encore pour avoir utilisé un skateboard, ou des rollers. De nombreuses verbalisations ont également été données pour des attestations manuscrites jugées insuffisantes et cela même parfois pour des professionnels de santé. Si vous êtes un professionnel de santé au cœur de la lutte contre le virus, prenez garde les forces de l’ordre n’en ont cure :

Ce qui pose ici question c’est la liberté absolue accordée par Castaner à ses policiers. Nous voyons bien que les motifs propres à délivrer une attestation sont nombreux et laissés à la libre appréciation des policiers. Cette place absolue laissée à l’autoritarisme policier est inquiétante et s’accompagne de nombreuses dérives. Que ce soit dans les quartiers populaires, où les populations subissent la violence, le racisme. Les chiffres sont inquiétants et révélateurs des pressions mises sur ses quartiers. Saint-Denis représente 10 % de l’ensemble des amendes délivrées sur tout le territoire. Nous avons également tous vu ces vidéos d’interpellations particulièrement violentes de policiers.

La répression quotidienne des quartiers populaires s’accentue encore, le racisme d’État s’incarne toujours plus dans cette police violente. Les contrôles d’attestation semblent être un bon motif de passage à tabac.

Autre exemple édifiant : Ramatoulaye, jeune femme allant faire ses courses, accompagnée de son petit frère de sept ans qui a été tabassé et a reçu un coup de taser lors d’un contrôle, mais aussi Yassin, tabassé et trop d’autres.

Ainsi, les mesures de confinement prises par l’exécutif sont synonymes d’une répression toujours grandissante contre les quartiers populaires et d’une verbalisation à outrance pour des motifs totalement abusifs. Cet autoritarisme d’État prend partout des formes variées et totalement arbitraires, le jugement de la validité de telle attestation ou de tel déplacement laissé entièrement aux forces de l’ordre. Il prend parfois des formes tout aussi inquiétantes de sexisme. En faisant payer des femmes qui sont sorties acheter des tests de grossesse ou des serviettes hygiéniques, des policiers ont montré de manière inquiétante qu’ils pouvaient agir impunément. L’objectif de ce tournant dans le maintien de l’ordre et du contrôle de l’espace public est de mettre un pression permanente sur la population, tout en distribuant le maximum d’amendes pour rentrer dans les quotas. Le confinement « Made in Macron » est fait de coups de matraque et de 135 euros d’amende. Ces amendes à répétitions posent également la question du danger de cet état d’urgence voté par le parlement et l’ensemble de ses partis, du front national à la France insoumise, car il renforce encore l’impunité policière, et sa liberté de réprimer.




Mots-clés

Répression policière   /    Coronavirus   /    Christophe Castaner   /    Politique