^

Monde

Black Trans Lives Matter

15 000 personnes rassemblées à Brooklyn en soutien aux personnes trans noires

Le meurtre raciste de George Floyd aux Etats-Unis, a généré une vague de mobilisations sans précédent dans tout le pays. C'est dans ce contexte de protestation contre les violences et meurtres racistes systémiques qu'un rassemblement a été organisé à Brooklyn en solidarité avec les personnes trans noires.

mardi 16 juin

Une marée humaine, en blanc, se trouvait devant le musée de Brooklyn, où des activistes noirs trans se tenaient, s’adressant à la foule. Un hélicoptère de la police surplombait la scène en vol stationnaire au-dessus de la foule pendant que des drones tournaient autour. Malgré ces tactiques d’intimidation très claires, les milliers de personnes dans la rue étaient de bonne humeur. Il y avait une rage qui unissait tout le monde, une rage contre le meurtre de deux femmes trans* noires, Riah Milton et Dominique "Rem’mie" Fells, au cours des deux derniers jours, une rage contre l’oppression historique de la communauté trans noire, une oppression qui persiste encore 51 ans après qu’une femme trans noire ait été à l’origine des émeutes de Stonewall contre la violence de l’État auprès de la communauté trans. Mais également une rage contre Donald Trump, qui a annoncé qu’il annulerait les protections contre la discrimination en matière de soins de santé pour les personnes transgenres, une règle qui entrera en vigueur en août. La règle interprétera désormais « sexe » selon le sexe attribué à la naissance, « homme ou femme… tel que déterminé par la biologie », selon le ministère de la Santé et des Services sociaux (HHS) - permettant aux professionnels de la santé et aux assureurs de discriminer les personnes transgenres.

La manifestation avait été appelée plus tôt dans la semaine et avait reçu beaucoup d’attention sur les réseaux sociaux. Les organisateurs ont demandé à tout le monde de porter du blanc, d’écouter les prises de parole, puis de participer à une marche silencieuse. L’appel a été eu beaucoup d’écho puisque, selon les estimations des organisateurs, 15 000 personnes étaient présentes pour manifester leur solidarité avec les personnes trans noires. La manifestation a été l’une des plus grandes manifestations de Black Lives Matter de ces dernières semaines.

Cela s’inscrit dans le cadre plus large du mouvement Black Lives Matter qui en est à sa troisième semaine après le meurtre de George Floyd, filmé et regardé par des millions de personnes dans le monde entier. Ce week-end, des marches pour Black Lives Matter ont été organisées à New York et dans le monde entier. À New York, il y a des dizaines de marches chaque jour dans tous les quartiers de la ville. A Los Angeles, le même jour, la marche de la Black Lives Matter Pride a fait descendre des milliers de personnes dans les rues.

A Brooklyn, l’une des premières personne à prendre à prendre la parole était l’artiste et activiste noir.e et non binaire Ianne Fields Stewart, qui a fondé the Okra Projet (un collectif qui offre des repas gratuits aux personnes trans noires dans le besoin). Stewart a déclaré que la transphobie ne serait pas résolue en "mettant un drapeau trans sur une carte de crédit". Cette déclaration était tout à fait dans l’esprit anti-entreprise de la manifestation. Les sponsors des entreprises, les célébrité, et les marques qui défilent d’habitude à la Pride, tout cela était mis de côté. Au lieu de cela, les militants dans leurs prises de paroles ont condamné les entreprises et les ONG qui tentent de faire du profit sur la vie des personnes trans. Les flics "gay-friendly" invités d’ordinaire à une Pride, qui devient de plus en plus sponsorisée par les entreprises, étaient également écartés. La foule était unie pour s’opposer à la police, aux prisons, et à la violence continuelle contre les communautés noires, queer et contre les minorités de genre.

Les travailleurs de la santé étaient sur le devant de la scène lors de toutes les actions menées dans le cadre des soulèvements actuels ou presque, et la manifestation à Brooklyn n’a pas fait exception. Les travailleurs de la santé tenaient des pancartes condamnant la dernière attaque de Trump sur les discriminations contre les personnes trans et ont déclaré que "Trans Healthcare Matters" (littéralement « les soins de santé pour les personnes trans sont importants ». Selon Mike Pappas, médecin et rédacteur à Left Voice, "En tant que travailleur dans la santé, les autres travailleurs de ce secteur doivent se lever et dire que la vie des transsexuels noirs est importante".

La dernière prise de parole de la journée a été prononcé par la soeur de Layleen Xtravaganza Cubilette-Polanco, une femme trans racisée qui est morte en cellule d’isolement à Rikers. Elle était détenue dans l’attente d’une caution en espèces après avoir été arrêtée pour une accusation de prostitution datant d’un an et est morte d’une crise d’épilepsie. Les vidéos montrent que les gardiens de prison ne la prenaient pas au sérieux et l’ont laissée allongée dans sa cellule pendant un long moment sans l’aider.

La soeur de Cubilette-Polanco a fait une prise de parole puissante qui condamnait le système qui a tué sa soeur. Dans la conclusion de son discours, elle a déclaré : "quand ils font tomber l’un d’entre nous, nous revenons plus forts" et "que les sols tremblent chaque fois que nous marchons". Des acclamations et des chants de solidarité ont résonné dans la foule. La foule était solidaire de Cubilette-Polanco, Nina Pop, Tony McDade, Riah Milton, Dominique "Rem’Mie" Fells, et de tous les personnes trans noires qui ont été assassinées.

Chaque année, pendant le « Pride Month » (littéralement le « mois des Fiertés »), beaucoup d’hommages sont fait à Marsha P Johnson, la femme trans noire* qui a déclenché les émeutes de Stonewall. Son image devient omniprésente lors de cette période chaque année, et tout le monde, des plus radicaux au plus libéraux la met en avant comme icône. Mais, comme l’a fait remarquer un intervenant lors du rassemblement, on ne sait toujours pas comment elle est morte. La mort de Johnson, comme celle de tant de membres de la communauté trans noire, n’a pas fait l’objet d’une enquête, n’a pas été remarquée et sa cause est restée inconnue. L’action d’hier à Brooklyn, tout comme les actions menées dans tout le pays en faveur des personnes trans noires, représente une étape importante vers l’hommage rendu à toutes les personnes trans racisées, nommées ou non, qui ont perdu la vie à cause de la violence d’État, de la violence raciste et de la transphobie. C’est en unissant les luttes pour la libération des personnes racisées avec la libération des personnes LGBTI et la lutte globale contre le capitalisme que nous pourrons construire un mouvement capable de s’attaquer à ce système néfaste et violent.




Mots-clés

#JusticeForGeorgeFloyd   /    LGBTphobie   /    LGBT   /    Transphobie   /    Donald Trump   /    #BlackLivesMatter   /    LGBTQI   /    Etats-Unis   /    Monde