^

Politique

Construire la grève générale !

17 décembre : la moitié des enseignants du primaire en grève, une « mobilisation inédite dans le premier degré » selon le SNUipp-FSU

Pour ce 17 décembre, la moitié des enseignants du primaire seront en grève selon le SNUipp-FSU paru ce lundi. Il s’agit selon le syndicat d’une mobilisation « inédite » dans le premier degré.

lundi 16 décembre 2019

Crédits photos : AFP

« Mardi 17 décembre, la moitié des enseignantes et des enseignants des écoles seront en grève à trois jours des vacances de fin d’année », commence le communiqué du SNUipp-FSU. « Pour la deuxième fois après la journée de grève historique du 5 décembre dans les écoles, la mobilisation est inédite dans le premier degré. Elle montre la détermination des personnels et leur exigence d’abandon de la réforme des retraites », continue-t-il. Dans le 93, 69% de grévistes ; et à Paris, 60%, avec 130 écoles fermées.

Alors que le gouvernement n’a eu cesse de tenter d’éteindre le vent de colère qui règne dans l’enseignement, les annonces de Macron comme de Blanquer n’ont pas suffi. Pire, « les annonces gouvernementales de la semaine dernière ont confirmé la logique de cette réforme et l’ont même l’aggravée avec l’instauration d’un âge d’équilibre, imposant ainsi de partir à 64 ans pour avoir une pension sans décote », explique le communiqué.

A la veille du 17 décembre, cette mobilisation qui s’annonce massive « montre la détermination des personnels et leur exigence d’abandon de la réforme des retraites » comme l’explique le communiqué.

Depuis deux semaines, les enseignants sont à la pointe de la convergence comme l’illustre les nombreuses actions communes avec les travailleurs de la RATP comme de la SNCF. Ce 17 décembre doit servir à construire les convergences qui naissent, mais plus encore à élargir la grève pour généraliser la grève à d’autres secteurs. Pour faire reculer Macron et Blanquer, il nous faut généraliser la grève. A partir du 17 décembre, il nous faut construire la grève générale jusqu’au retrait !




Mots-clés

Jean-Michel Blanquer   /    Politique