^

Politique

Tousse ensemble !

1er Mai. À Douarnenez, une centaine de personnes manifestent "pour des masques pas des bâillons !"

En respectant les distances de sécurité, munis de pancartes et de masques les Douarnenistes ont tenu à manifester pour cette journée internationale des travailleurs.

vendredi 1er mai

Dans plusieurs villes, quelques rassemblements ont eu lieu pour ce 1er mai, journée internationale des travailleurs. Face aux attaques du gouvernement pendant le confinement, face à l’autoritarisme, un peu partout sur le territoire, des rassemblements ont eu lieu. Un signe pour le gouvernement que la vapeur commence à monter en pression et que le déconfinement pourrait voir une explosion de la lutte des classes tant redoutée par LREM.

A Douarnenez, dans le Finistère, une centaine de personnes se sont organisées sur les réseaux sociaux pour assurer une présence dans les rues de la ville pour cette journée. En respectant les distances sanitaires, munis de masques et d’attestation, les manifestants se sont réunies dans deux endroits de la ville. « Tousse ensemble », « Covid-1984 », « des masques, pas des bâillons » pouvait-on lire sur les pancartes voire sur les masques des manifestants. En solidarité avec les personnes mises en garde à vue à Toulouse pour des banderoles, certaines inscriptions revendiquaient la lutte contre le « macronavirus ».

Les manifestants ont dû faire face à la répression qu’ils dénoncent. En amont de la manifestation, le préfet du Finistère avait pris des mesures pour interdire tout rassemblement. Un des animateurs de la discussion de préparation de la manifestation sur Facebook, a même eu le plaisir de recevoir la visite des gendarmes et été menacé de porter la responsabilité de l’événement. Pourtant, les manifestants, malgré les récriminations postérieures du maire qui a critiqué leur irresponsabilité, ont bien entendu respecté les mesures de distanciation et se sont même pliés aux règles du confinement en restant une heure dehors et en ne déambulant pas sur plus d’un kilomètre. Sans aucune justification, sinon une répression politique contre ceux qui relèvent la tête avant que le gouvernement en ait ainsi décidé, une vingtaine de personnes ont été verbalisées, d’autres amendes devraient encore tomber. Ces amendes illustrent bien la prédominance du répressif sur le sanitaire dans le plan de confinement (mais aussi de déconfinement) du gouvernement, la plupart des supermarchés accueillent plus de monde et les distances de sécurité ne peuvent souvent pas être respectées. Les amendes sont toujours pour les classes populaires, que recevront les politiciens qui nous ont menti pendant tant de semaines sur l’état des stocks de masque, qui ont laissé les productions non-essentielles tourner et qui, encore aujourd’hui, laisse les supermarchés vendre les masques à des prix prohibitifs pour les plus précaires et faire des profits sur la santé des gens. La réponse viendra d’en bas et elle commence déjà à pointer le bout de son nez. C’était au moins le cas hier matin dans la Finistère.




Mots-clés

1er Mai   /    Covid-19   /    confinement   /    Crise sanitaire   /    Coronavirus   /    Manifestation   /    Répression   /    Politique