×

Répression et COVID-19

2 agents de la STAS menacés de licenciement pour avoir retiré leurs visières à cause de la buée

Deux contrôleurs de bus ont été mis à pied et risquent le licenciement. Leur faute : porteurs de lunettes, avoir retiré leur visière pour éviter la buée.

Aminata Niakaté

28 mai 2020

Facebook Twitter

Crédit photo : Philippe Lopez / AFP

En ces temps de pandémie de Covid-19, il vaut mieux ne pas porter de lunettes à la Société des transport de l’agglomération Stéphanoise (STAS) si l’on veut garder son travail. Deux contrôleurs de la STAS sont passés devant le conseil de discipline et risquent le licenciement pour avoir enlevé leur visière de protection pendant qu’ils exerçaient leurs fonctions.

Lunettes, masque et visière, une combinaison fatale

Les faits reprochés aux deux contrôleurs se sont déroulés le 14 mai dernier. A une température de 8 degrés, les lunettes de vue de ces deux agents, portant masque et visière de protection, se couvrent de buée.
Pour ne pas devoir choisir entre la protection face au Covid-19 et l’aveuglement, ils ont décidé de retirer leur visière. Une solution qui leur permettait de garder la visibilité tout en respectant les mesures de protection par le port du masque.

Vincent Delorme, délégué CGT de la STAS, explique à France Bleu Saint-Étienne « Le responsable du service est venu sur le terrain. A constaté ce fait. Il y a eu une mise à pied conservatoire à l’issue de ça. Cinq jours après il y a eu un conseil de discipline. Et là on est stupéfaits. Deux cadres sur trois demandent le licenciement. »

Un de deux agents étant un ancien élu, la CGT dénonce, dans une pétition de soutien en ligne , un acte de répression syndicale.

En effet, la pandémie de Covid-19 n’empêche en rien le patronat de licencier et faire la chasse aux syndiqués. En région parisienne aussi, deux élus CGT de la Ratp, Ahmed et Alexandre, passent en conseil de discipline et risquent la révocation. Les directions ne ratent aucune opportunité pour sanctionner les travailleurs qui lui tiennent tête. A nous de développer la plus large solidarité pour défendre les nôtres.


Facebook Twitter
Scandale : l'inspection du travail refuse le licenciement de Christian Porta, InVivo tente de passer en force

Scandale : l’inspection du travail refuse le licenciement de Christian Porta, InVivo tente de passer en force

Pour un 1er mai contre leurs guerres et l'austérité : rejoins les cortèges de Révolution Permanente !

Pour un 1er mai contre leurs guerres et l’austérité : rejoins les cortèges de Révolution Permanente !

SNCF : 300 personnes en soutien à Régis, menacé de licenciement pour avoir dénoncé des VSS

SNCF : 300 personnes en soutien à Régis, menacé de licenciement pour avoir dénoncé des VSS

Roissy : face à la pression patronale, les salariés d'un sous-traitant de Sixt en grève reconductible

Roissy : face à la pression patronale, les salariés d’un sous-traitant de Sixt en grève reconductible

Éducation : la grève du 22 avril ne peut rester isolée, il faut un plan pour élargir la lutte !

Éducation : la grève du 22 avril ne peut rester isolée, il faut un plan pour élargir la lutte !

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

5 jours de mise à pied : la SNCF réprime Marion, cheminote ayant dénoncé une agression sexuelle

5 jours de mise à pied : la SNCF réprime Marion, cheminote ayant dénoncé une agression sexuelle

« Tavares gagne 36,5 millions grâce aux ouvriers sous-payés » Vincent, délégué CGT Stellantis

« Tavares gagne 36,5 millions grâce aux ouvriers sous-payés » Vincent, délégué CGT Stellantis