^

Politique

Extrême-droite hors de nos quartiers !

23 octobre. 5 000 manifestants à Lyon contre les violences de l’extrême-droite

Ce 23 octobre, à l'appel de nombreuses organisations politiques, syndicales et du mouvement social, 5 000 personnes manifestaient à Lyon contre les violences de l'extrême-droite.

lundi 25 octobre

Ce samedi 23 octobre se tenait à Lyon une manifestation contre l’extrême-droite, à l’appel de la Jeune Garde et de nombreuses organisations syndicales (CGT 69, FSU 69, UCL, UNEF, CNT educ, CNT SO, Solidaires Rhône), politiques (NPA, France insoumise, Parti de gauche, PCF, Ensemble) et du mouvement social.

Avec près de 5 000 personnes rassemblées, selon les organisateurs, place Bellecour pour rejoindre le Vieux-Lyon et la place des Terreaux, la manifestation a été une réussite. Son objectif : dénoncer la multiplication des violences de l’extrême-droite et leur impunité, comme le rappelait Raphaël Arnault, porte-parole de l’organisation antifasciste la Jeune Garde, au journal Lyon Capitale : « Depuis quelques semaines et mois, on voit une hausse des violences sur tout le territoire français et particulièrement à Lyon. La situation fait froid dans le dos et on veut montrer qu’on ne lâchera pas la rue ».

Cette nouvelle manifestation contre l’extrême-droite, dans la lignée de la manifestation du 12 juin dernier, a permis de prendre les rues lyonnaises contre l’extrême-droite et ses violences, jusque dans le vieux-Lyon.

Des violences vis-à-vis desquelles les militants antifascistes pointent par ailleurs la complaisance de l’Etat. L’appel à la manifestation, relayé par Médiapart notait à ce titre la répression contre les militants antifascistes. Fin septembre, sept d’entre eux étaient interpellés et sont toujours enfermés pour leur combat contre l’extrême-droite.

Alors que Zemmour truste l’actualité, le combat contre l’extrême-droite et la montée des idées réactionnaires est d’actualité. Il est par ailleurs indissociable de la lutte contre la politique autoritaire et raciste du gouvernement, qui crée les conditions favorables à une percée des idées racistes et xénophobes. En ce sens, il n’y a rien à attendre de l’Etat pour lutter contre l’extrême-droite. Celle-ci se combat dans la rue et dans les mobilisations, en toute indépendance de classe.




Mots-clés

Manifestation   /    Lyon   /    Extrême-droite   /    Politique