^

Notre classe

Une brèche pour le mouvement étudiant ?

24 janvier : étudiants et cortège massif de l’enseignement supérieur en tête de manifestation

Au bout de 51 jours de grève, l’hypothèse d’une recomposition du mouvement contre la réforme des retraites autour du secteur de l’Éducation, qui pourrait entraîner une dynamique dans la jeunesse, semble s’être confirmée dans la manifestation d’aujourd’hui.

vendredi 24 janvier

Plusieurs milliers d’enseignants, de chercheurs et d’étudiants dans la rue

La colère gronde, dans les facs. Notamment du côté des enseignant.es, précaires et titulaires, mobilisés contre la réforme des retraites, mais aussi contre la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR). Celle-ci vise notamment à soumettre toujours plus la recherche aux logiques d’évaluation, à attaquer le statut des chercheurs et à étendre la précarité déjà existante. Du côté du secondaire, les blocages des E3C (examen de contrôle continu imposés par la réforme du bac) se multiplient.

À Paris, les facs et les labos en lutte s’étaient donné rendez-vous devant la Gaité Lyrique, pour former un cortège commun que de nombreux étudiants ont appelé à rejoindre. En tout, plusieurs milliers de personnes étaient au rendez-vous, dont des personnels de l’EHESS, de la Sorbonne, de Nanterre, de l’UVSQ ; mais aussi de nombreux labos et travailleurs de revues mobilisés (on a pu croiser des affiches Clio ou Genèses “en lutte” par exemple). En plus des nombreuses banderoles des UFR mobilisés, on a notamment pu voir la SNESup et la CGT Recherche parmi les drapeaux syndicaux.

En plus des étudiants présents aux côtés des personnels des facs et labos en lutte dans ce cortège massif, plusieurs centaines d’entre eux étaient également réunis dans un cortège réunissant étudiants et lycéens, derrière de nombreuses banderoles de facs et de lycées mobilisés, dont notamment le Lycée Louis-le-Grand.

Des enseignants aux étudiants : à l’université, le mouvement prend par le haut

Cette dynamique apparaît comme inédite depuis plusieurs dizaines d’années tant elle rompt en partie avec le corporatisme des titulaires de l’enseignement supérieur et ouvre des perspectives riches pour une lutte des universitaires, précaires et titulaires, aux côtés du mouvement ouvrier et du mouvement étudiant, mêlant revendications en propre (LPPR), opposition à la réforme des retraites et adresse aux étudiants.

Cette hypothèse semble bien s’être concrétisée lors de la manifestation parisienne d’aujourd’hui ; cette mobilisation commune des étudiants et des personnels des facs pourrait être l’amorce d’une dynamique nouvelle, encouragée par la mobilisation des professeurs et personnels, avec de nombreux cours annulés du fait de la grève ou remplacés par des « cours alternatifs » sur la réforme des retraites ou la LPPR, et pourrait, en desserrant la pression universitaire qui pèse sur les étudiants, ouvrir une brèche pour le mouvement étudiant, jusqu’ici peu présent dans la mobilisation contre la réforme des retraites.

Et cette dynamique porte déjà ses premiers fruits : la mobilisation dans l’ESR infuse le secteur étudiant, à travers les AG d’UFR, qui convainquent de plus en plus d’étudiants de se joindre à la mobilisation ; c’est le cas par exemple des étudiants en Géographie de Paris 1, croisés dans la manifestation, et venus suite à l’AG de leur UFR.

Comme nous l’explique Oriane, enseignante-chercheuse à l’université Paris Diderot, “On est en train de faire émerger une dynamique dans les universités. L’université et l’Enseignement Supérieur sont très touchés par un projet de loi qui est programmé pour cette année (la LPPR, ndlr), qui va affecter les carrières et l’emploi dans l’Enseignement Supérieur ; ce qui veut dire que toute la communauté universitaire est très impliquée dans la contestation, et ça a une ampleur inédite au niveau national [...]. On informe les étudiants sur les enjeux de cette mobilisation. La grève des transports a permis d’éveiller les consciences, on voit qu’on doit prendre le relais et on le prend !




Mots-clés

Mouvement des retraites 2019-2020   /    Réforme des retraites   /    Jeunesse   /    ESR   /    mouvement étudiant   /    Grève générale   /    Université   /    Notre classe