^

Monde

24ème semaine de mobilisation en Algérie : le Chef de l’armée durcit le ton, les masses se mobilisent

Les manifestants sont sortis massivement dans les rues ce 2 août, pour le 24ème vendredi de mobilisation, et des dizaines ont encore été arrêtés à Alger. Cette répression s’inscrit dans l’escalade autoritaire menée par l’appareil militaire, après que le chef de l’état-major de l’armée Ahmed Gaid Salah ait rejeté ce jeudi les promesses « d’allégement du dispositif sécuritaire » faites par le Président par intérim Ahmed Ben Salah.

samedi 3 août

Crédit photo : RYAD KRAMDI via Getty Images

Lors d’un discours prononcé à l’occasion de la remise des lauréats du Bac , Gaïd Salah a « salué » le panel des six personnalités mené par l’ancien ministre et chef du parlement Karim Younès pour négocier avec le pouvoir, tout en rejetant les préalables posés par ce dernier, à savoir la libération des détenus d’opinion et des mesures pour garantir le droit de manifester. Des demandes que le président par intérim Ahmed Ben Salah avait pourtant promis de prendre en compte, affirmant qu’il y aurait un « allégement du dispositif sécuritaire », en particulier pour ce qui est des manifestations à Alger qui ont été le plus durement réprimées jusque-là. Prenant le contrepied du chef de l’Etat, le chef de l’armée a qualifié ces préalables « d’ilogiques » et qualifié les prisonniers politiques de «  suspects » pour justifier leur incarcération. Et aujourd’hui lors de la manifestation hebdomadaire, d’immenses cordons policiers étaient déployés dans le centre-ville et aux portes d’Alger, alors que des dizaines de manifestants se faisaient arrêter. Ainsi le général réitère encore une fois son refus d’aller vers tout autre processus que des élections présidentielles dans le cadre dans l’actuelle constitution, qu’il qualifie de « seule » solution. Une déclaration qui ressemble fort à un recadrage de l’appareil militaire pour décider de ce qui peut être mis sur la table des négociations ou non.

Cependant il faut avoir en tête que l’amour que Gaïd Salah entretient à l’égard de la Constitution reste à géométrie variable, et refait surtout surface lorsqu’elle lui sert à défendre ses intérêts au sommet de l’Etat. En effet, un autre fait marquant cette semaine a été le limogeage du ministre de la justice Slimane Brahmi pour le remplacer par Belkacem Zeghmati. Or l’article 104 de la Constitution algérienne est bien clair sur ce fait : le gouvernement en fonction au moment de la démission du président de la République «  ne peut être démis ou remanié jusqu’à l’entrée en fonction du nouveau » chef de l’Etat. Cette décision est donc une violation de la même Constitution que le régime présente pourtant aux algériens comme « seule solution pour la sortie de crise ».

Le « panel de personnalités  » désigné par le président par intérim pour négocier avec lui au nom du mouvement, et logiquement rejeté immédiatement par les manifestants lors des manifestations de vendredi dernier, vient de montrer à nouveau ses limites. D’ailleurs, ce « comité de médiation  » a enregistré le départ de l’économiste Smaïl Lalmas après le discours de Gaid Salah, tandis que Karim Younes déposait sa démission, refusée par le comité… Tout cela montre qu’il ne peut y avoir de solution institutionnelle pour répondre aux attentes exprimées par le mouvement populaire. Le principal mot d’ordre lancé par la rue reste « système dégage », ce qui implique de faire tomber ces institutions pourries par la corruption et fabriquées sur mesure pour spolier les richesses nationales au détriment de la grande majorité des algériens. Et il ne faut pas s’y tromper, c’est bien pour permettre au régime de sortir de l’impasse que Bensalah a désigné ce panel de personnalités. D’ailleurs, après l’avertissement de Gaïd Salah, ces personnalités ont affirmé dans un communiqué publié le soir même, leur volonté de commencer le dialogue avec le régime « dans les plus bref délais  », abandonnant ainsi les « conditions préalables au dialogue », telles que la libération des détenus d’opinion chère aux manifestants.

Mais ce 2 août, pour le 24ème vendredi de mobilisation, les masses populaires algériennes sont sorties par milliers dans les rues avec des slogans hostiles au « système » et en particulier à Gaid Salah, démontrant que ses déclarations n’ont en rien entamé leur détermination, contrairement à ces personnalités qui ont montré leur vrai rôle d’opposition de confort pour le pouvoir en place. Il apparaît donc avec clarté que pour répondre aux aspirations démocratiques et sociales du peuple algérien, celui-ci ne pourra compter que sur sa propre organisation. Il ne saurait y avoir d’autre voie que celle de l’auto-organisation, c’est-à-dire l’organisation en comité d’usines, de villages, de quartiers pour que les masses populaires actuellement mobilisées construisent le rapport de force nécessaire par la grève et les manifestations pour aller vers une assemblée constituante révolutionnaire, où elles choisiront elles-mêmes leur délégués et leur revendications pour en finir avec ce régime qui s’est construit sur l’usurpation de l’indépendance nationale, le vol des richesses nationales, et qui n’a rien produit d’autre que la misère, la précarité et les humiliations pour le plus grand nombre.




Mots-clés

5ème mandat   /    Algérie   /    Monde