^

Politique

On est là !

2500 Gilets Jaunes à Genève, devant l’ONU, contre les violences policières et la répression

Ce mercredi 20 février, des Gilets Jaunes appelaient à un rassemblement à Genève, en Suisse, pour dénoncer les violences policières et la répression d'Etat. 2.500 d'entre eux, venus de toute la France, se sont ainsi rassemblés devant le siège de l'ONU.

mercredi 20 février

Ce mercredi 20 février, le mouvement des Gilets Jaunes a franchi la frontière franco-suisse, pour un rassemblement à Genève. De 10h à midi, des délégations venues d’Auvergne, de Lyon, d’Ardèche, de Paris, de Corse, de Savoie, de Bretagne, du Var, de Toulon ou bien encore de Rungis, accompagnées par des soutiens genevois, se sont en effet rassemblées devant le siège de l’ONU pour protester contre les violences policières et la répression d’Etat. Au final, ce sont près de 2500 Gilets Jaunes qui se sont rendus à Genève.

Le gouvernement s’offusque pour une voiture brulée, pour des tags sur les murs, mais ne s’offusque pas pour des mains coupées, pour des yeux crevés, pour des vies volées et pour des familles qui sont maintenant privées d’un de leur membre

Torya, Gilet Jaune de Rungis

De nombreuses pancartes et slogans ont rythmés cette matinée, rappelant largement les cortèges jaunes du samedi. Les traditionnels « on lâche rien », ou bien encore « Macron nous fait la guerre, et sa police aussi » ont ainsi résonné devant le siège de l’ONU tout au long du rassemblement, soulignant la volonté du mouvement de poursuivre la mobilisation et de ne pas se laisser intimider par la violence des forces de répressions qui vont crescendo depuis le début du mouvement, avec une liste de blessés et de mutilés qui ne cesse de s’allonger.

La doctrine politique du maintien de l’ordre et du fonctionnement de la police en France est basée sur des méthodes coloniales. La BAC, par exemple, est formée sur le modèle des brigades de surveillance des nord-africains en Algérie

Taha Bouhafs

Que cela soit lors des interventions ou avec la banderole commune des Gilets Jaunes et du comité Justice et Vérité pour Adama, ramené à Genève par la délégation du Rungis, le parallèle entre les violences dans les quartiers populaires et celles que subissent les Gilets Jaunes a été un axe fort de ce rassemblement à Genève. Une « convergence dans les faits » qui met en lumière non seulement les pratiques néocoloniales de l’Etat Français, par le biais de son bras armé qu’est l’institution policière dans les quartiers et qui transparaît aussi dans les « méthodes » répressives employées contre les mouvements sociaux.

Sous le soleil genevois et avec un rassemblement réussi, les Gilets Jaunes ont ainsi marqué leur volonté de poursuivre la bataille. De bonne augure en vue de l’acte XV prévu samedi prochain : Non, Macron n’en a pas fini avec les Gilets Jaunes !




Mots-clés

Suisse   /    Gilets jaunes   /    Violences policières   /    Répression   /    Politique