^

Notre classe

Grève du 5 décembre

5 décembre. Anasse Kazib face à Pujadas : "Oui la SNCF a une tradition de combativité"

A la veille d’une grève interprofessionnelle qui s’annonce ultra suivie, Anasse Kazib, cheminot et syndicaliste à Sud Rail, répond au discours diffusé par les médias dominants.

mercredi 4 décembre 2019

A la veille d’une grève interprofessionnelle qui s’annonce ultra suivie, Anasse répond au discours diffusé par les médias dominants. Si « culture de la grève » il y a, c’est effectivement une tradition de combattivité à la SNCF assumée et revendiquée : « En 2016, on s’est battus pour le code du travail et aux côtés du privé », « J’ai fait 45 jours de grève avec des salariés du nettoyage et les cheminots ont contribué à une caisse de grève qui est montée à 80 000 euros ». Si les cheminots ont défendus en 2018 le service public ferroviaire contre la réforme du rail, aujourd’hui, c’est pour un nivellement par en haut de tout le système des retraites qu’ils descendront dans le rue. Face aux discours qui visent à opposer salariés du privé et salariés du public à la veille d’une grande grève inter professionnelle, une mise à jour fondamentale.




Mots-clés

5 décembre   /    Services publics   /    SUD-Rail   /    Grève   /    Grève générale   /    SNCF   /    Notre classe