^

Politique

5 décembre

5 décembre. Des travailleurs RATP et SNCF dans les facs pour préparer la lutte

Depuis l'immolation d'un étudiant devant le CROUS de Lyon, des étudiants commencent à s'organiser contre la précarité. Alors qu'ils peinent parfois à mobiliser, ce sont les travailleurs qui préparent la grève du 5/12 qui sont venus les inviter à les rejoindre lors d'assemblées générales.

mercredi 27 novembre

Hier, le mardi 26 novembre, était une journée de lutte contre la précarité étudiante avec des assemblées générales dans plusieurs facultés et des actions. A Tolbiac et à Paris 8, des travailleurs de la RATP et de la SNCF ont été ou se sont invités pour appeler les étudiants à se mobiliser avec eux le 5 décembre.

Ce mardi, à Paris 8, l’assemblée des personnels et enseignants de la fac a rejoint l’assemblée étudiante : un signe du potentiel mobilisateur de cette réforme qui touche à l’avenir de tous. Par-delà cette convergence, des travailleurs d’autres secteurs très mobilisés étaient présents.

Eric, cheminot à la SNCF et syndicaliste à SUD Rail, a profité de l’AG pour rappeler l’importance de l’auto-organisation pour préparer le 5 décembre, en parlant des assemblée qui réunissent cheminots RATP et SNCF, mais surtout de l’importance du rôle de la jeunesse dans une mobilisation comme celle-ci. De fait, c’est elle qui subira de pleins fouet les conséquences de la réforme des retraites.

Deux travailleurs de la RATP sont également intervenus en ce sens, rappelant ce que la réforme des retraites promet à tout le monde de travailler plus et plus longtemps sans avoir une meilleure retraite, et conduira mécaniquement à l’augmentation du chômage notamment chez les entrants sur le marché du travail, c’est à dire les jeunes.

A Tolbiac, Gauthier, cheminot de Force Ouvrière a commencé par rappeler : « Sans les étudiants ya aucun mouvement social qui débouche sur quoique ce soit » avant de dénoncer la réforme des retraites. A sa suite, Irène salariée de la RATP a insisté sur la situation de précarité extrême que vivent les jeunes comme l’étudiant qui s’est immolé à Lyon. Elle a appelé à une vraie convergence pour faire un « cocktail explosif » le 5 décembre. A Toulouse ou Nanterre, des travailleurs ont également prévu d’intervenir dans les AGs à venir.

Ces interventions prennent place dans un contexte de préparation du 5 décembre, où une grève potentiellement reconductible pourrait déboucher sur un mouvement de très grande ampleur. A l’image de leurs rôles de locomotive de ce mouvement, les travailleurs de la SNCF et de la RATP semblent déterminés à convaincre les étudiants de les rejoindre.




Mots-clés

Tolbiac   /    mouvement étudiant   /    mouvement ouvrier   /    Paris 8   /    RATP   /    SNCF   /    Politique