^

Politique

Bataille de l’opinion

5 décembre. Près de 70% de la population soutient la mobilisation contre la réforme des retraites !

Alors que la bataille de l’opinion s’annonce décisive, le gouvernement subit un premier revers.

jeudi 5 décembre 2019

Crédit photo : DR

Soutien de la population au mouvement de grève

Les chiffres du sondage parus hier ont de quoi inquiéter le gouvernement. Sa tentative de faire de la mobilisation du 5 décembre une journée « corporatiste » en défense des régimes spéciaux n’a pas pris. Tout au contraire, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro, publié hier dans la journée, ce sont près de soixante-dix pour cent des français (68%) qui estiment « justifié » le mouvement de grève d’aujourd’hui contre la réforme des retraites. Plus encore, le soutien de la population l’emporte par-delà toutes les couches de la population hormis les retraités. Comme le souligne franceinfo : « Selon cette enquête, toutes les catégories de la population soutiennent le mouvement. Près de neuf salariés du public sur dix (87%) sont en empathie avec les grévistes et près de sept salariés du privé sur dix (69%) comprennent aussi leurs motivations. Les catégories CSP+ de la population soutiennent aussi le mouvement, à hauteur de 68%. Il n’y a que les retraités qui sont un peu partagés sur le sujet. Ils ne sont que 53% à trouver la grève justifiée. »

Quant aux raisons avancées par les interrogés pour justifier leur soutien, là encore, l’argumentaire du gouvernement est battu en brèche : près de neuf personnes sur dix (89%) jugent que le gouvernement n’a pas été clair sur les contours de la réforme, 85% estiment que suite à la réforme ils vont devoir travailler plus longtemps, tandis que huit personnes interrogées sur dix (80%) ont déclaré être hostiles au gouvernement ou ne pas lui faire confiance. Plus encore, élément central dans cette bataille de l’opinion, en cas de grève qui devait s’enraciner dans la durée, près de six personnes sur dix en feraient porter la responsabilité au gouvernement.

Bataille pour l’opinion

De toute part, du côté des grévistes comme du côté du gouvernement, chacun sait que l’enjeu pour emporter l’adhésion de l’opinion publique sera un élément décisif si la suite venait à se prolonger. C’est ce que relève l’Opinion dans un article rapportant que selon une étude présentée aux ministres, 57% de la population voient dans le mouvement du 5 décembre une mobilisation globale contre la politique du gouvernement.

En ce sens, cette journée dépasse de loin la simple question des retraites. C’est précisément cette possibilité de voir la grève reconduite, en entraînant d’autres secteurs clés, notamment privé, et surtout les raffineries (dont plusieurs ont été bloqués ce 5 décembre), qui effraie le gouvernement. Rapportant les propos d’une députée LREM, l’Opinion écrivait : « Si les dépôts pétroliers commencent à être bloqués, la situation peut complètement changer. Il ne faut surtout pas que l’on perde le soutien des Français en province, qui sont plutôt favorables à la réforme. » Dans le même article, le journal s’interroge en effet sur la solidité de la majorité, dans un groupe parlementaire qui pourrait se fissurer en cas de conflit social dur et prolongé : « Si la contestation s’éternise, la majorité gardera-t-elle ses nerfs et fera-t-elle bloc derrière l’exécutif ? « Le groupe va se rabougrir si le mouvement dure. Ils seront nombreux à demander à ce qu’on pose les armes », prédit un cadre du groupe LREM à l’Assemblée nationale. »

Au-delà donc des forces purement « matérielles », et du caractère massif de la mobilisation partout en France, les chiffres de ce sondage témoignent d’un regain de force morale du côté des grévistes et de la population en soutien. Qu’un secteur clé du mouvement ouvrier, la SNCF, avec les cheminots, mais aussi la RATP, relèvent la tête et entraînent un vaste mouvement social pourrait faire prendre à la situation une tournure inédite avec le début d’une grande grève générale politique contre Macron.

Faire de cette journée le premier acte d’un mouvement d’ampleur

Cette journée n’est qu’un début. Car face à un gouvernement effrayé et minorisé, notre classe reprend confiance en elle, soutenue pour le moment par une majorité de la population. Aussi est-il est possible d’en faire le premier acte d’un vaste mouvement social d’ampleur, capable non seulement retrait total de la réforme, mais la possibilité s’ouvre d’en finir pour de bon avec Macron et ses contre-réformes. Pour cela, il faudra construire ce tous-ensemble à la base, via des assemblées générales interprofessionnelles, pour que cette grève appartienne aux grévistes, et soit en mesure de développer des mots d’ordre et éléments de programme unifiants, entraînant la majorité de la population avec elle.




Mots-clés

5 décembre   /    Réforme des retraites   /    Manifestation   /    Grève   /    Emmanuel Macron   /    Politique