^

Notre classe

Jeudi noir !

5 décembre à la SNCF. 90 % du trafic annulé, une mobilisation qui s’annonce historique !

Dans une conférence de presse, la direction de la SNCF a annoncé l’impact prévu de la grève du 5 décembre : seul 10 % du trafic sera assuré !

mardi 3 décembre

La grève du 5 décembre va être massive. Les chiffres annoncés par la direction de la SNCF finiront de convaincre les derniers pessimistes (en existe-t-il encore ?), puisque seulement 10 % du trafic normal pourra être assuré. 10 % des TGV, 10 % des Transiliens avec certaines lignes qui ne fonctionneront qu’aux heures de pointe, tout juste quelques intercités et, 3 % des TER qui rouleront !

Naturellement, la direction s’organise pour le bien-être de ses « clients » (on repassera pour trouver des usagers d’un service public pour lequel se battent les cheminots), après avoir tout mis en place pour contourner et briser la grève. Tous les moyens sont bons, fermeture des commandes jusqu’au 8, voire jusqu’au 10 décembre, en appelant les cadres ou des équipes de réserve anti-grève pour conduire les trains, en jouant sur les chiffres ou en réduisant la capacité des rares trains qui vont rouler. Même en remplaçant les TER avec des bus, seules 23 % des liaisons seront assurées et aucune en Bretagne et en Occitanie.

Seulement deux ans après la bataille du rail, les cheminots tiennent toujours la dragée haute à leur direction, même les cadres rechignent à tirer les trains, et la porte-parole de l’entreprise n’a pu annoncer en conférence de presse que le petit chiffre de 1000 volontaires sur tout le pays pour accueillir les gens dans les gares. Mesure d’urgence oblige, les usagers auront droit au wifi, à des prises, des boissons chaudes et même des « espaces de co-working » (les usagers devenant des clients il a aussi fallu renommer les salles d’attente) : autant dire que le nouveau directeur Farrandou a mis les petits plats dans les grands pour son premier baptême du feu.

En Île de France, les détenteurs du Pass Navigo bénéficieront du covoiturage gratuit a rappelé la SNCF, comme quoi, pour les transports gratuits, la bourgeoisie sait trouver l’argent quand son économie est en péril. Enfin, ces chiffres enthousiasmants pour la grève de jeudi, qui montrent l’ampleur de la mobilisation cheminote apparaissent comme un camouflet pour la direction et tous ceux qui s’adonnent au cheminot bashing : quand les fainéants travaillent les trains roulent, quand ils arrêtent y en a plus ! Alors la SNCF elle est à qui ?

Crédits photo : Maxppp - Alexandre MarchiP




Mots-clés

5 décembre   /    Réforme des retraites   /    Cheminot-e-s   /    Grève   /    SNCF   /    Notre classe