^

Politique

5 décembre : les appels à la grève se multiplient dans le privé

A l’approche du 5 décembre, l’appel à la grève – et même dans certains cas à la reconductible – trouve de plus en plus d’écho dans le privé. Petit tour d’horizon des appels sur toute la France.

samedi 30 novembre

Image d’illustration : durant la vague de grèves de l’hiver 1995

Il s’agit d’une question clé : dans quelle mesure la RATP et la SNCF, déterminés à rentrer en grève reconductible à partir du 5 décembre, seront-ils rejoint par d’autres secteurs, en particulier dans le privé ? Depuis plusieurs jours, après avoir tenté en vain de déminer le conflit, le gouvernement axe sur sa communication sur le fait qu’il s’agirait d’une « grève corporatiste » pour défendre les « régimes spéciaux ». Une entreprise de communication dont la majorité de la population n’est pas dupe : selon un dernier sondage, 66% des personnes interrogées trouvent la grève « justifiée » et 67% à estimer que la mobilisation du 5 décembre est avant tout une mobilisation contre la réforme de l’ensemble du système des retraites et pas seulement pour défendre les « régimes spéciaux ».

Mais qu’en sera-t-il en termes de mobilisation sur le terrain ? S’il est difficile de donner une réponse définitive, de nombreuses sources semblent aller dans le sens d’une mobilisation dans le privé inédite. « On a reçu plus de 1000 appels à la grève dans le secteur privé et ce, dans des domaines totalement différents les uns des autres », affirme David Gistau, secrétaire confédéral de la CGT selon des propos rapportés par L’Express. Cette affirmation corrobore les affirmations de Philippe Martinez dans le Grand Jury qui disait que la centrale syndicale CGT avait reçu un nombre d’appels inhabituels de militants d’entreprises non syndiqués se renseignant sur leur possibilité de faire grève le 5 décembre.

Dans le privé, plusieurs secteurs clés semblent se détacher et une forte mobilisation pourrait être de mise. Les routiers, tout d’abord, semblent être de la partie avec l’appel de la CGT et de FO Transports qui appellent à une grève illimitée à partir du 5 décembre. Dans le secteur de l’énergie, la FMNE CGT (mines et énergie), mais aussi la CGT des Industries Chimiques ou encore trois syndicats de EDF (CGT, FO et Sud) ont lancé un appel à la reconductible. La fédération CGT Commerces et Services appelle elle aussi à la grève reconductible, un appel rejoint par la CGT Carrefour ou encore Hippopotamus mais aussi Géant et Casino. Dans l’agroalimentaire, ce sont plus de 300 appels qui ont d’ores et déjà été lancés chez Carambar, Perrier ou encore Harribo. Dans le secteur de la métallurgie, plus de 200 appels ont également été déposés selon la CGT.

Au niveau géographique, certains départements pourraient être particulièrement mobilisés. En région parisienne, si l’intersyndicale Ile-de-France ne lance pas d’appel à la reconductible et attend le 6 décembre pour « faire le point », un appel unitaire (CGT, FO, Sud) a été lancé dans le Val-de-Marne (94) pour la grève reconductible.
Au Havre, selon la page Facebook Mobilisation Havraise qui recense les appels à la grève, la mobilisation se prépare dans plusieurs secteurs du privé avec la CGT Dresser-Rand, la CGT IRPI ou encore la CGT CTPO qui appellent d’ores et déjà à la reconductible. Et alors que Laurent Berger multiplie les appels au « dialogue », même la section syndicale CFDT IRPI appelle à la grève le 5 décembre sans toutefois reconduire toutefois :

Ainsi, à quelques jours du 5 décembre, la perspective d’une grève significative dans le privé semble de plus en plus à l’ordre du jour. Une jonction public-privé pourrait poser les bases d’un affrontement d’ensemble contre la politique du gouvernement et la réforme des retraites. Plus encore, un mouvement de grève reconductible de secteurs significatifs du privé, comme les raffineurs, en jonction avec la SNCF, la RATP, mais aussi enseignants et hospitaliers pourrait faire passer changer de manière qualitative le rapport de force. En ce sens, il est évident que l’attitude de la direction de la CGT, avec ses allers retour à Matignon, ne sont pas le meilleur signal adressé au travail juste avant d’entamer le combat. Ce dont il s’agirait tout au contraire, ce serait de prendre une direction des plus claires en appelant ouvertement à la grève reconductible au travers un préavis national pour donner un signal clair au monde du travail.

Pour vaincre Macron et son monde, c’est bien la question de construire une grève générale qui est posée. Pour cela, il va falloir généraliser la grève reconductible par un travail dans chaque branche et chaque entreprise. La question d’Assemblées Générales véritablement démocratiques et des cadres interprofessionnels qui permettent de décider des suites du mouvement, de se coordonner et d’entraîner le plus largement dans la bataille.




Mots-clés

5 décembre   /    Réforme des retraites   /    Grève   /    Grève générale   /    Politique