^

Culture et Sport

5e semaine de grève : soutenez les moniteurs étudiants de la Bibliothèque Sainte-Barbe !

Pour la cinquième semaine d'affilée, les moniteurs étudiants de la Bibliothèque Sainte-Barbe sont en grève contre une direction qui veut faire des économies sur leur dos, en pleine crise sanitaire, contre la précarité et contre la destruction de leur contrat. Soyons nombreux ce samedi, sur leur piquet de grève.

jeudi 14 janvier

Depuis plusieurs semaines, les moniteurs étudiants de la Bibliothèque Sainte Barbe se mobilisent contre leur direction, mais aussi contre la précarité étudiante et la destruction de leurs contrats. En effet, c’est en pleine pandémie, alors que la précarité étudiante n’a jamais été aussi forte, que les travailleurs étudiants de la BSB ont appris que le Ministère de l’Enseignement Supérieur et l’Université Paris 3, qui dirigent ensemble la bibliothèque, souhaitaient économiser 3 jours de salaire des travailleurs étudiants.

En effet, alors que la bibliothèque était fermée pour raisons sanitaires, la direction a proposé aux étudiants de gagner le salaire qui leur était dûs en rattrapant ces « manques » avec des heures supplémentaires.

Pire encore, alors même que les contrats des moniteurs étudiants sont déjà précaires, la direction, qui dépend de l’université Paris 3, main dans la main avec le ministère, est en train de préparer de nouveaux contrats, qui renforceront encore la précarité et l’instabilité des salaires. Ces nouveaux contrats, payés à l’heure, risquent de menacer toute garantie de revenu mensuel stable.

Pour toutes ces raisons, mais aussi pour protester contre la précarité étudiante, les moniteurs étudiants ont décidé de se mettre en grève. Une nouvelle fois, cette affaire montre le mépris profond envers la jeunesse. Derrière le vernis social et culturel ou la prétendue opportunité offerte, ces postes ne sont que de petites mains corvéables à merci. Ces étudiants sont les premiers appelés pour couvrir plus d’amplitudes horaires et augmenter les capacités d’accueil du public, ce sont aussi les premiers à servir de variable d’ajustement pour une direction qui fait des économies sur leur dos.

Plus largement, cette grève renvoie à la situation que vivent de nombreux jeunes sur le marché du travail, véritable « armé de réserve du capitalisme » ; ils sont des emplois les plus précaires, au black, en CDD, en intérim, massivement représentés dans la restauration, la grande distribution ou encore le secteur de la livraison. Cette jeunesse a été des plus touchés par les confinements successifs, qui ont encore exacerbé une précarité étudiante de plus en plus inacceptable.

Face à une administration qui refuse toujours de répondre à leurs revendications, les travailleurs étudiants continuent à se mobiliser ce samedi 16 Janvier et appellent à un piquet de grève à 9h45, place du Panthéon pour les y soutenir.

Soyons nombreux sur le piquet ce samedi 16 Janvier, pour soutenir la grève, à l’heure où elle montre qu’il est possible pour la jeunesse de relever la tête face aux nombreuses attaques qu’elle subit, il est également primordial de soutenir la caisse de grève et de signer leur pétition




Mots-clés

Covid-19   /    Jeunesse   /    Précarité   /    Culture et Sport