×

Mouvement ouvrier

7 mars à Roissy : près d’un millier de travailleurs et leurs soutiens manifestent dans l’aéroport

A l’appel de plusieurs syndicats de l’aéroport, près d’un millier de travailleurs de Roissy se sont retrouvés pour une manifestation sur le site. La reconduction était au coeur des discussions.

Nathan Deas


et Ivan Ferrero

7 mars 2023

Facebook Twitter
7 mars à Roissy : près d'un millier de travailleurs et leurs soutiens manifestent dans l'aéroport

Crédit photo : Révolution Permanente

Ce mardi, l’intersyndicale de Roissy, composée de la CGT Roissy, la CFDT Seine-Saint-Denis, la CFTC, Sud Aérien, l’UNSA Moszar, FO et la CFE CGC, appelait à la mobilisation générale sur l’aéroport, ainsi qu’à une manifestation locale sur le site.

Toute la semaine, travailleurs mobilisés de l’aéroport et soutiens venus de l’extérieur se sont relayés pour s’adresser aux quelques 80 000 travailleurs et 700 entreprises de Roissy et préparer la journée. «   On est venus diffuser des tracts cette semaine pour préparer le rassemblement  » raconte Gwenn, enseignante à Sarcelles.

Une préparation qui semble avoir porté ses fruits. Plusieurs manifestations sauvages des salariés jusqu’au terminal 2E, lieu du rassemblement, ont en effet émaillé la matinée. « C’est la première fois depuis le début du mouvement qu’on organise une manifestation sur l’aéroport  » précise Nordine, travailleur chez Transdev et syndicaliste à la CGT Roissy.

Ils seront près d’un millier à se retrouver à partir de 10h devant la porte 17 du terminal 2E. L’occasion de se compter mais aussi de discuter des suites à donner à la mobilisation et des obstacles qu’il reste à surmonter. «  A Roissy et peut-être comme partout en France on est préoccupés pas seulement par la réforme des retraites mais aussi par la question des salaires  » raconte Nicolas de la CGT Roissy. « Il faut partout élargir nos mots d’ordre, si on veut que l’ensemble des secteurs du monde du travail rentrent dans la bataille » défend Nordine.

Pour Tayeb de Sud Aérien, il faut poser la question des conditions de travail. « Dans les entreprises à 55 ans, à 57 ans, il y a des demandes de ruptures conventionnelles qui sont faites, parce qu’on arrive plus à tenir la cadence ». Il ajoute : « pour un certain nombre de nos collègues immigrés, les retraites c’est déjà un horizon inatteignable, parce qu’ils n’auront jamais assez cotisé pour partir à 63 ou 64 ans. On ne peut pas se satisfaire de revendiquer seulement le retrait de la contre-réforme de Macron ».

De son côté, Thierry Defresne, de la CGT TotalEnergies, est venu dire son soutien et la nécessité d’une reconductible qui se généralise. « Les raffineurs sont en lutte, et partout en France dans les raffineries plus rien ne sort et plus rien ne rentre. Les raffineurs ont besoin de savoir qu’ils ne sont pas seuls. Partout, où c’est possible il faut reconduire ».

A Roissy, on aimerait lui donner raison. Demain, plusieurs bus sont prévus à 12h à l’aéroport pour permettre aux travailleurs de se rendre à la manifestation parisienne. Les avitailleurs sont en grève reconductible depuis lundi. A Transdev « on a décidé en Assemblée générale de se mettre en grève pendant 48h et demain on espère partir en reconductible, il faut durcir le mouvement  » explique Nordine. «   L’objectif aujourd’hui c’est de se mettre en grève reconductible illimitée » conclut Tayeb. Pour cela il faudra multiplier les initiatives comme celle de ce mardi et construire l’auto-organisation à la base.

Canal Telegram : @revolution_permanente

Facebook Twitter

Nathan Deas

@rp_deas

Répression syndicale, du jamais vu depuis l'après-guerre

Répression syndicale, du jamais vu depuis l’après-guerre

Education. Dans le 95, la mobilisation se construit autour du lycée Simone de Beauvoir

Education. Dans le 95, la mobilisation se construit autour du lycée Simone de Beauvoir

Grève des aiguilleurs les 23 et 24 février : les salaires continuent d'attiser la colère cheminote

Grève des aiguilleurs les 23 et 24 février : les salaires continuent d’attiser la colère cheminote

« C'est du jamais-vu » : Grève massive des conducteurs de bus de Lacroix pour les salaires

« C’est du jamais-vu » : Grève massive des conducteurs de bus de Lacroix pour les salaires

Grève illimitée à l'hôpital du Mans : « On met des rustines à chaque fois mais on est au bout »

Grève illimitée à l’hôpital du Mans : « On met des rustines à chaque fois mais on est au bout »

Reconductible à Paul Eluard : la mobilisation se construit contre la casse de l'éducation

Reconductible à Paul Eluard : la mobilisation se construit contre la casse de l’éducation

Grève : l'usine Bosch de Mondeville à l'arrêt contre la menace de suppression d'emplois

Grève : l’usine Bosch de Mondeville à l’arrêt contre la menace de suppression d’emplois

Pourquoi les grèves catégorielles se multiplient-elles à la SNCF ?

Pourquoi les grèves catégorielles se multiplient-elles à la SNCF ?