^

Politique

La chute

75 % de la population mécontente du gouvernement. C’est qui les "agitateurs" ?

Les traditionnels chiffres de fin d’année sont tombées, et ils confirment la tendance qui s’est dessinée tout au long de long de 2018 : malgré les efforts désespérés du gouvernement pour reprendre la main sur l’opinion publique, Macron et sa clique ont définitivement perdu la bataille de l’image.

vendredi 4 janvier

Rien n’y aura fait : ni les multiples déclarations ministérielles, ni l’ouverture d’un «  débat national », ni même les quelques concessions, minimes au possibles, qui ont été faites. 75 % des français ont récemment annoncé, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting, être mécontents de l’action du gouvernement.
Un sondage qui en rappelle un autre : celui de janvier 2014. Alors que François Hollande, comme Macron aujourd’hui, franchissait le cap de la seconde année au pouvoir, 68 % des sondés s’étaient dits insatisfaits de son action en tant que président. Macron aura au moins le mérite d’avoir battu Hollande en terme d’impopularité, alors que ce dernier avait lui même été gratifié du titre de président le plus impopulaire de l’histoire de la Vème république.

Le discrédit n’épargne personne, puisque les ministres eux mêmes sont très largement désavoués : seuls 20 % estiment leur action positive, alors que plus de 40 % disent avoir une mauvaise ou très mauvaise opinion d’eux. Un seul ministre enregistre plus d’opinions positives que négatives : Jean-Yves Le Drian, à 34 % contre 30 %. Les autres membres du gouvernement enregistrent en intégralité des résultats négatifs, ou pire, sont inconnus ! Presque la moitié des sondés ont ainsi annoncé ne pas savoir qui étaient les ministres sur lesquels ils ont été interrogés.

Les deux ministres engrangeant le plus d’opinions négatives se trouvent également être les personnes les plus centrales à la communication du gouvernement, outre Macron lui-même : Edouard Phillipe et Christophe Castaner, avec respectivement 54 % et 53 % d’opinions négatives. Une cote en chute pour le premier ministre, dont la côte d’impopularité s’élevait en avril à 48 %.

Le gouvernement est, à peu de points près, aussi impopulaire dans les zones rurales que dans les zones plus urbaines : 77 % contre 74 %. Si ce sondage a effectivement confirmé quelque chose, c’est l’image de président des riches qui colle à la peau d’Emmanuel Macron depuis le début de son quinquennat : ceux qui déclarent avoir une mauvaise opinion du gouvernement sont pour 87 % peu aisés, et à 82 % ouvriers.

Rien de surprenant à ce que les classes populaires soient dans leur immense majorité très opposés à Macron et à son gouvernement : les réformes successives au profit des plus riches contre les plus pauvres sont limpides pour tous le monde. Ce sondage confirme évidement le mécontentement populaire qui s’exprime chaque samedi dans la rue.

Crédit photo : Reuteurs




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Emmanuel Macron   /    Politique