×

Réforme des retraites

79% des ouvriers et 62% des Français pensent que le mouvement doit se durcir : généralisons la grève !

Selon une enquête IFOP publiée ce jeudi, 62 % des Français considèrent que le mouvement social contre la réforme des retraites doit se durcir pour faire reculer l’exécutif. Ce chiffre monte à 79% chez les ouvriers. La mobilisation en cours n'est pas prête de s'arrêter

Nathan Deas

23 mars 2023

Facebook Twitter

Dans le contexte du passage en force de l’exécutif, marqué par le recours au 49-3, l’IFOP pour Paris Première a « interrogé les Français sur leur regard concernant la mobilisation sociale contre la réforme des retraites ». Une enquête qui vient confirmer l’ampleur de la crise politique face à laquelle se retrouve le gouvernement, et les possibilités qui sont ouvertes dans cette nouvelle phase du mouvement.

Ainsi, 62 % des sondés, considèrent que le « mouvement social contre la réforme des retraites doit se durcir (avec par exemple des blocages, des grèves surprises, des actions spontanées, …) pour faire reculer l’exécutif ». Particulièrement investies dans le mouvement en cours et concernées par la réforme, 66% des femmes partagent ce constat. Ce chiffre monte à 71% chez les actifs, 74% chez les employés et jusqu’à 79% chez les ouvriers.

Symptôme de l’ampleur de la crise que traverse la macronie et de la profondeur du mouvement en cours, même au sein de l’électorat LR et jusque dans celui d’Emmanuel Macron, respectivement 47% et 22% des sondés pensent également que le mouvement doit se durcir pour faire reculer le gouvernement.

Canal Telegram : @revolution_permanente

Alors que le discours de Macron ce mercredi espérait diviser le mouvement en s’en prenant à ses franges les plus radicales, assimilées à l’extrême-droite, ces chiffres témoignent de l’ampleur de la colère par en bas.

Dans ce contexte, il est plus que jamais urgent de tout mettre en place, pour étendre la grève. Alors qu’elle se poursuit et se reconduit dans les raffineries, chez les éboueurs, les énergéticiens ou encore dans les transports, l’annonce du 49-3 a mis de l’huile sur le feu, changeant son caractère. A la mi-journée, la mobilisation de ce jeudi 23 mars, s’annonce d’ores et déjà historique. C’est le scénario noir d’Emmanuel Macron qui pourrait être en passe de se réaliser : l’alliance de la radicalité de ces derniers jours et de la massivité du mouvement débuté le 19 janvier.

C’est le moment ou jamais de passer à l’offensive en construisant la grève reconductible et son élargissement pour renvoyer la réforme des retraites aux oubliettes, mais aussi enfin dégager Macron, Borne et tous les autres. Et plus encore.


Facebook Twitter

Nathan Deas

@rp_deas

Répression chez InVivo : 120 syndicats apportent leur soutien à Christian Porta, délégué CGT

Répression chez InVivo : 120 syndicats apportent leur soutien à Christian Porta, délégué CGT

Forvia, géant de l'automobile, supprime 10 000 postes pour payer ses actionnaires

Forvia, géant de l’automobile, supprime 10 000 postes pour payer ses actionnaires

Les médias contre la grève à la SNCF : une campagne au service du patronat

Les médias contre la grève à la SNCF : une campagne au service du patronat

Vague de faillites d'entreprises en Europe : un record depuis la crise de 2008

Vague de faillites d’entreprises en Europe : un record depuis la crise de 2008

Toulouse. 3 salariés de GSF-Propreté licenciés après avoir dénoncé du racisme à la Cité de l'espace

Toulouse. 3 salariés de GSF-Propreté licenciés après avoir dénoncé du racisme à la Cité de l’espace

Deux grévistes sans-papiers d'Emmaüs Saint-André-lez-Lille en garde à vue, solidarité !

Deux grévistes sans-papiers d’Emmaüs Saint-André-lez-Lille en garde à vue, solidarité !

Casse de l'hôpital : une femme de 66 ans meurt après 10 heures d'attente aux urgences

Casse de l’hôpital : une femme de 66 ans meurt après 10 heures d’attente aux urgences

Répression syndicale chez InVivo : 200 soutiens rassemblés aux côtés de Christian Porta, délégué CGT

Répression syndicale chez InVivo : 200 soutiens rassemblés aux côtés de Christian Porta, délégué CGT