^

Politique

Division par 5

« 80 000 manifestants » à Paris : encore une fake news de la préfecture

On a l'habitude des sous-estimations grossières de la préfecture. Alors que selon la CGT, 400 000 personnes ont manifesté jeudi contre les retraites à Paris, la préfecture annonce 80 000. Une division par 5 qui ne résiste pas à l’épreuve des images.

vendredi 20 janvier

Crédits photo : Alain JOCARD / AFP

Les chiffres de l’article ont été corrigés le 20/01 à 22h

Ce jeudi, c’est une mobilisation massive qui s’est déployée dans toute la France contre la réforme des retraites. Plus de 2 millions de manifestants ont défilé pendant que de nombreux secteurs du privé comme du public affichaient des taux de grévistes importants.

A Paris, la préfecture avance le chiffre de 80 000 manifestants. Une estimation cinq fois inférieure à celle de la CGT (400 000 personnes), et qui apparaît au vu de différentes données comme une tentative grossière de minimiser - sur le papier - l’ampleur de la mobilisation qui a déferlé sur la capitale.

Plusieurs éléments invalident en effet totalement le chiffre de la préfecture. Alors qu’une prise de vue aérienne diffusée dans de nombreux médias montre la place République noire de monde, un article de TF1 attestait qu’avec une concentration de 3,8 personnes par mètres carrés, cette place pouvait contenir à elle seule 130 000 personnes, soit pas très loin du double du chiffre policier …

Si 3,8 personnes par mètre carré est une densité relativement importante, elle est loin d’être irréaliste, et correspond en gros à celle que l’on rencontre au quotidien lorsque l’on prend le métro. Les deux tiers du temps, ces derniers sont remplis par 3.5 à 5 personnes par mètre carré, comme le rapporte TF1. Aux manifestants présents sur place de faire la comparaison … D’autant plus que les clichés et les témoignages divers attestent d’une foule particulièrement dense.

Canal Telegram : @revolution_permanente

Selon les chiffres de TF1, le chiffre de 80 000 personnes avancé par la préfecture remplirait dès lors la place de la République avec une densité d’environ 2.3 personnes par mètres carrés. Ce qui correspond à une densité entre les deux représentée ci-dessous. Autrement dit, une densité bien inférieure à celle de la foule compacte constatée lors de la manifestation.

Densité de foule de 2 et 2,5 personnes par mètres carrés, source : Crowd Safety and Crowd Risk Analysis

Si une analyse rapide sur la densité de la foule permet de montrer la minimisation consciente et grossière du nombre de manifestants par la préfecture, ce n’est pas tout. En effet, la place de la République était toujours bondée alors que simultanément, les cortèges progressaient déjà. Ainsi, un participant à la manifestation, en lien avec différentes organisations syndicales, estime que la place de la République était encore paralysée par la foule alors que les premiers cortèges avaient atteint la place de la Bastille, située à un peu moins de 2 kilomètres de là. De même, de nombreuses artères environnant la place et des rues parallèles à l’itinéraire de la manifestation ont été investies par les participants.

La tentative grotesque de la préfecture n’a pas berné les participants à la manifestation. Sur les réseaux sociaux, nombre d’entre eux ont dénoncé cette hypocrisie, sur le ton de l’indignation ou de l’humour. Il est vrai que sur le terrain, le ressenti était celui d’une mobilisation de masse. Certains manifestants sont ainsi restés bloqués pendant plus de deux heures sur une place de la République bondée, la foule compacte bloquant les artères alentour. Certains cortèges syndicaux ont même emprunté un itinéraire bis pour converger jusqu’à Nation.

Bien entendu, cette tentative grotesque de la préfecture vise à minimiser la participation à la manifestation parisienne. A l’aune d’une mobilisation extrêmement massive dans les rues parisiennes, cette estimation apparait comme une vulgaire fake news digne des "faits altenatifs" de l’administration Trump. Une mobilisation dont la presse pro-patronale a été forcée de reconnaître le succès, et à l’issue de laquelle 6 français sur 10 estiment que le gouvernement va devoir abandonner ou modifier son projet de réforme des retraites. A nous maintenant de faire mentir la préfecture de nouveau, et encore plus, en étendant et durcissant le mouvement le plus tôt possible !



Mots-clés

Mouvement des retraites 2023   /    Fake news    /    Mobilisation   /    Police   /    Réforme des retraites   /    Grève   /    Politique