^

Politique

Retraites

80% de la population opposée au recul de l’âge de départ à 64 ans : tout le monde déteste la réforme

Alors que Elisabeth Borne présentera la réforme des retraites du gouvernement cette après-midi, un sondage Odoxa rappelle l’étendue de l’opposition à la réforme. 80% de la population refuse en effet un recul de l’âge légal de départ à 64 ans.

mardi 10 janvier

Crédits photo : AFP

Cette après-midi, Elisabeth Borne présentera la réforme des retraites du gouvernement. Parmi les pistes privilégiées pour l’âge de départ, un recul à 64 ans combiné à une accélération de l’application de la réforme Touraine. La première ministre devrait par ailleurs annoncer quelques mesures supplémentaires sur les minimum retraites ou les carrières longues pour faire avaler la pilule de son offensive.

Si les derniers arbitrages seront révélés à 17h30, une chose est déjà certaine : le gouvernement s’apprête à présenter une réforme que refuse la grande majorité de la population. Un sondage Odoxa publié Odoxa-Agipi pour Challenges et BFM Business publié ce lundi témoigne de l’étendue du rejet suscité par l’attaque du gouvernement.

En effet, ce ne sont pas moins de 80% des Français qui sont opposés à un recul de l’âge de départ à la retraite à 64 ans, et 83% qui sont opposés à un recul à 65 ans. Cette opposition traverse d’ailleurs les clivages socio-professionnels puisque, comme le note Challenges : « environ 82% des employés et ouvriers souhaitent garder la retraite à 62 ans quand ils sont 78% du côté CSP+. Seuls les retraités se distinguent, en n’étant que 58% à se dire favorables à la retraite à 62 ans. »

Un sondage particulièrement frappant à quelques heures de la présentation de la réforme des retraites, et qui montre à quel point personne n’est dupe des arguments mensongers du gouvernement pour vendre sa réforme. Une opposition qu’il va falloir rapidement transformer en mobilisation contre le gouvernement, par la grève et la rue, pour faire reculer une attaque que Macron compte bien imposer dans tous les cas.



Mots-clés

Macronisme   /    Réforme des retraites   /    Emmanuel Macron   /    Politique