^

Notre classe

Action et convergence

9 janvier. Grévistes, cheminots et hospitaliers filtrent les accès de la centrale nucléaire de Gravelines

Ce jeudi 9 janvier, 400 manifestants ont filtré l'accès à la centrale nucléaire de Gravelines, près de Dunkerque. Une action qui s'est déroulée dans la convergence entre travailleurs du site, cheminots, personnels hospitaliers et chauffeurs de bus dunkerquois.

jeudi 9 janvier

C’est une action qui donne le la à la journée de contestation contre la réforme des retraites dans le Nord. Ce jeudi 9 janvier au matin, 400 personnes se sont réunies devant la centrale nucléaire de Gravelines, près de Dunkerque. L’objectif ? Filtrer les entrées au site pour démarrer la journée de mobilisation. Une action placée sous le signe de la convergence interprofessionnelle, puisque des cheminots, des personnels hospitaliers et des chauffeurs de bus dunkerquois étaient présents auprès des travailleurs de la centrale.

Une action qui s’inscrit dans la lignée de la baisse de production de la centrale, depuis hier soir. Nicolas Dessertenne, délégué CGT, explique : « La conséquence, c’est une baisse de charge importante sur cette journée d’action, moins 1400 mégawatt (sur 5600 mégawatt) de production depuis hier soir 21 heures, donc EDF sera obligé de racheter du courant, et pas forcément à un prix avantageux ». Ainsi donc, ces actions touchent directement au porte-monnaie d’EDF, ce qui traduit une montée en puissance de la contestation et une amplification du rapport de force.

C’est un sujet sensible, on ne se voit pas travailler dans l’uranium à 64 ans

Franck Redondo, Force Ouvrière

Il faut dire que les travailleurs du nucléaire ont toute les raisons de se mobiliser contre cette réforme des retraites. Pour Franck Redondo, de FO, « le nucléaire, c’est pas un métier facile, on n’est pas des privilégiés, la précarité dans le nucléaire ça existe [...] C’est un sujet sensible, on ne se voit pas travailler dans l’uranium à 64 ans ».

Après le durcissement du mouvement dans les raffineries, il est clair que l’entrée en lutte d’un secteur aussi stratégique pour le capitalisme français que le nucléaire changerait radicalement la donne. De plus, la convergence notable dans l’action de ce matin démontre qu’après un mois de grève, la volonté d’un retrait pur et simple de la réforme et d’une victoire contre Macron est plus forte que les intérêts corporatistes.

La question clé reste celle de la généralisation de la grève, dans un mouvement reconductible, pour faire plier le gouvernement et lui faire ravaler sa réforme. À ce titre, l’action de ce matin à la centrale nucléaire de Gravelines est tout autant un point d’appui qu’un exemple à suivre et à généraliser.

Crédit photo : delta FM




Mots-clés

Réforme des retraites   /    Convergence   /    Blocage économique    /    Grève   /    Nucléaire   /    Grève générale   /    Notre classe