^

Notre classe

#NonAuLicenciementDeEricBezou

A Bordeaux, dans les rassemblements en soutien aux hospitaliers, tous unis contre le licenciement d’Eric Bezou

Depuis vendredi les hospitaliers sont en grève au CHU de Bordeaux et de nombreux rassemblements de soutien ont été une démonstration de ce secteur qui relève la tête. Pour gagner les revendications de la grève, tous les secteurs ont apporté leur soutien aux hospitaliers et c’est par cette solidarité de classe que, dans les rassemblements, les hospitaliers ont apporté leur soutien à Eric de la SNCF à Paris.

vendredi 29 mai

La menace de licenciement d’un travailleur en première ligne

Eric Bezou, cheminot à Mantes-la-Jolie et syndicaliste combatif qui a participé aux derniers mouvement sociaux et notamment la grève contre la réforme des retraites, se voit depuis 1 an victime de répression syndicale. La direction cherche à le licencier depuis plusieurs mois et Muriel Pénicaud, Ministre du travail, a accéléré le processus allant ainsi à l’encontre de l’inspection du travail. Cet acharnement contre Eric n’est pas anodin car il est connu pour dénoncer les méthodes managériales brutales qu’impose la SNCF à ses travailleurs, aussi connu comme « lanceur d’alerte » sur la situation de ses collègues de même qu’on sait l’importante pression exercée sur les soignants.

Cette direction toujours plus tyrannique apparaît dans tous les services publics qui s’ouvrent progressivement, à marche forcée, vers leur privatisation. L’hopital public connaît les mêmes méthodes dans sa gestion car quand l’Etat décide de privatiser un service public, il faut se débarasser des travailleurs les plus déterminés et briser la volonté de se battre des autres. Pour limiter au plus les différentes batailles qui auront lieu lors de l’ouverture à la concurrence, mais aussi pour que les travailleurs soient le plus dociles possible, le patronat est de plus en plus autoritaire et répressif.

Le soutien des soignants à Eric est directement lié par les secteurs de première ligne face à la crise sanitaire dont ils font partie. Ils travaillent dans des conditions sanitaires dangereuses pour leur santé, dans des conditions de travail de plus en plus insoutenables par conséquence du démantèlement de l’hôpital public et de la SNCF, du manque réel d’investissements par le gouvernement dans la gestion de l’épidémie. Ce sont les soignants qui sauvent des milliers de vies, et les travailleurs des transports sont indispensables à toute la population dans la mesure où le patronat a fait reprendre l’économie. Cette gestion irresponsable développe inévitablement des foyers de contamination alors que la crise menace d’une seconde vague.

Une autre perspective de la crise est possible par une réelle convergence entre les travailleurs en première ligne, qu’ils portent des revendications communes et frappent ensemble contre ce gouvernement et le patronat qui ne les voit que comme de la chair à canon remplaçable.

Un soutien intersectoriel et intersyndical

Plusieurs soignants ont accepté de soutenir Eric, dépassant les pressions corporatistes et syndicales. Comprenant ainsi la nécessité de soutenir un camarade victime de répression syndicale, qu’il ne faut baisser les yeux devant aucune attaque du patronat et du gouvernement mais relever la tête tous ensemble

Car ce n’est seulement qu’en étant unis, peu importe l’étiquette syndicale ou notre secteur d’activité, qu’on pourra obtenir cette victoire. En montrant leur solidarité, les hospitaliers participent à mettre la pression sur la direction de la SNCF et sur le Ministère du travail.

De plus de nombreux soutiens extérieurs venus aux rassemblement ont montré leur solidarité, que ce soit des Gilets Jaunes, des Jeunes, des syndicalistes ou militants politiques.

Contre le licenciement d’Eric, préparons les batailles à venir

Les licenciements n’ont fait qu’exploser depuis plusieurs mois car la crise économique provoquée par la crise sanitaire, le patronat veut nous la faire payer pour maintenir leur profit. Que ce soit dans le secteur de l’aéronautique, l’automobile, la distribution textile ou bien la Poste, nous ne devons pas laisser le patronat nous mettre à la porte aussi facilement. Soutenir Eric c’est se préparer à toutes les batailles qui viennent contre les licenciements massifs et leur interdiction pour éviter de plonger encore plus dans une société au chômage de masse. Alors que les capitalistes continuent à se verser des dividendes durant cette crise sanitaire, ils utilisent nos vies comme des pièces détachées. Après avoir marchander notre santé à coups de coupes budgétaires, avoir détruit les services publics par la privatisation, détruit progressivement nos droits, le patronat se prépare à jouer notre futur sur un grand marché du travail de plus en plus précaire. Et si nous pouvons faire plier la SNCF et le Ministère sur le licenciement d’Eric, alors cela sera une victoire pour l’ensemble des travailleurs. Car cela sera la démonstration qu’on ne se laissera pas faire face aux licenciement, qu’on se battra pour garder nos emplois !

Signez la pétition en soutien à Eric ici !

Dans une vidéo au rassemblement des grévistes de l’hôpital, la jeunesse du NPA / Révolution Permanente, dont la voix est portée ici par Petra et Homa, ont exprimé leur soutien envers les grévistes avec lesquels ils appellent à la convergence des secteurs et la coordination pour lutter ensemble contre la crise et le chômage, ainsi qu’en soutien à Eric, dont le combat contre son licenciement, qui est loin d’être un cas isolé, prépare les batailles à venir.




Mots-clés

Covid-19   /    Coronavirus   /    répression syndicale   /    Cheminot-e-s   /    Grève   /    Licenciement(s)   /    SNCF   /    Hospitaliers   /    Répression   /    Notre classe