^

Politique

GJ : CONVERGER ET GROSSIR LES RANGS

A Epône (Yvelines), Gilets Jaunes et Gilets Orange SNCF réunis autour d’un brasero

Evacués mi-décembre du rond-point de Limay, près de Mantes-La-Jolie, les Gilets Jaunes ont installé leur piquet à l’entrée de la zone industrielle d’Epône. Décidés à ne rien lâcher, ils se relaient jour et nuit. Ils ont tenu bon, maintenant ils veulent passer à la vitesse supérieure.

mercredi 16 janvier

Agir plus fort et plus nombreux

Plus d’une soixantaine de participants, ce soir, à un barbecue convivial à l’entrée de la zone industrielle d’Epône. Des Gilets jaunes qui se sont organisés avec une tente pour la cuisine, une tente pour dormir et une zone de rencontre, mais aussi les gilets oranges des cheminots du Mantois et d’autres soutiens venus de plus loin.

Plaisir de se retrouver ensemble, plaisir de la solidarité, mais surtout volonté de réfléchir ensemble aux actions à engager dans les prochains jours pour amplifier le mouvement. Car ici, personne n’est dupe des chiffres au rabais que le gouvernement et les médias nous livrent. L’un des présents précise que de source sûre, « les syndicats de police eux-mêmes disent qu’il y avait plus de 350 000 manifestants samedi dernier dont 50 000 à Paris ». Le mouvement n’est donc pas affaibli, il est suffisamment puissant et résistant pour prendre un second souffle et les GJ d’Epône comptent bien y contribuer.

C’est ce qui est à l’ordre du jour de l’assemblée de ce soir. S’organiser, être plus nombreux encore, monter en puissance et en visibilité dans les actions, non seulement pour continuer à rallier l’opinion, mais aussi pour bloquer de plus en plus efficacement l’économie et faire plier le gouvernement.

Les cheminots de l’intergare qui se nomment eux mêmes les gilets jaunes du Rail et les GJ représentants de l’AG de Rungis, prennent aussi la parole et font part de leur propre expérience. Des actions communes pourraient être envisagées entre cheminots, gilets jaunes et d’autres secteurs d’activité de la région. Elles pourraient être de réelles démonstrations de la puissance du mouvement mais elles exigent d’être très nombreux, surtout dans un climat de répression exacerbée. Un des moyens serait de s’organiser simultanément, localement mais aussi à l’échelle plus large de la région ïle de France ce qui permettrait des actions plus ambitieuses, plus coordonnées et avec des participants suffisamment nombreux pour faire impression. Etendre les secteurs en lutte, s’organiser sur l’Ile-de-France, et ponctuer les actions décidées ensemble, de journées de mobilisation et de grève pour "faire dérailler Macron". C’est l’orientation qui se dégage des diverses interventions.

Se mobiliser pour l’acte X

Dans 3 jours, c’est le tour de l’acte X. Les Gilets Jaunes d’Epône vont se rendre pour certains, à Paris et pour d’autres à Rouen, probablement en compagnie de ceux de Vernon. A Paris, la décision a été prise de déclarer en préfecture le parcours de la manifestation. Non pas pour se plier aux injonctions de Macron et à sa volonté de retour à l’ordre établi, mais parce qu’ils ont constaté que c’était un moyen pour lever l’inquiétude de certaines personnes qui n’oseraient pas aller dans les manifestations non déclarées.

Il est certain que si comme à Limay, dans toute la multitude de points de blocage et de rassemblement des GJ se dégage la même volonté de s’organiser, de se coordonner, de gagner de nouveaux militants, et si des syndicalistes répondent présents et engagent la grève, Macron a encore plus de souci à se faire.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Cheminot-e-s   /    SNCF   /    Politique