^

Monde

Black Lives Matter

À Los Angeles, des policiers abattent un homme noir en tirant 34 balles

Le 6 juin, Ryan Twyman, un afro-américain père de trois enfants, est abattu par la police de Los Angeles , alors qu'il tentait d'échapper à un contrôle. L'agent a vidé le chargeur de son arme sur le père de famille. La famille a porté plainte. Un nouveau meurtre raciste à mettre au compte de la police américaine.

vendredi 21 juin

On peut ajouter un nouveau nom à la très longue liste des afro-américains tués par la police, dans une Amérique aux institutions structurellement racistes à l’image de son président Donald Trump.

Les faits ont eu lieu le jeudi 6 juin. Ryan Twyman, afro-américain, 24 ans, et père de 3 enfants est assis au côté d’un ami dans sa voiture garée. Deux policiers s’approchent de la voiture pour procéder à un contrôle auquel Ryan Twyman tente d’échapper. Les deux policiers ont alors abondamment ouvert le feu sur la voiture. Twyman décède de ses blessures à l’hôpital et les autres occupants de la voiture s’en sortent miraculeusement indemnes. L’un des agents, qui a vidé son chargeur sur ce père de famille, se défend en affirmant avoir vu une arme à feu dans le véhicule. Des témoins rapportent même qu’après avoir vidé son chargeur, le policier aurait ensuite sorti son fusil pour tirer à nouveau sur l’homme qui était pourtant déjà mortellement blessé. Évidemment, aucune arme n’a été retrouvée dans le véhicule de Twyman.

La police du comté de Los Angeles a confirmé, sur la base d’une vidéo que les officiers ont tiré 34 balles en direction de Ryan Twyman, alors que l’homme, décédé de ses blessures, n’était pas armé. La famille a intenté une action en dommages-intérêts contre le comté.

Loin des « bavures » dont on nous parle à chaque meurtre policier, c’est bien une violence policière systématique qui est en question, avec un harcèlement quotidien et un racisme systémique caractéristique de l’institution. Une violence qui est doublée par une justice de classe qui protège constamment les forces de l’ordre : aux États-Unis moins de 1 % des policiers sont inculpés dans les cas de meurtres et seulement un tiers d’entre eux sont condamnés. En 2017, ce sont 987 personnes que la police américaine a tué par balle. 223 d’entre elles étaient noires.




Mots-clés

#BlackLivesMatter   /    Racisme   /    Violences policières   /    Etats-Unis   /    Monde