×

77

À Melun, une interpro pour imposer l’auto-organisation à la base

Dans le 77, à Melun, une interpro née en 2019 tente de rompre l'isolement catégoriel imposé par les directions syndicales et d'imposer l'auto-organisation des travailleurs à la base. Retour sur la naissance et le rôle de ce cadre.

Jocelyne Clément


et Yann Tocaben

16 février 2023

Facebook Twitter

Crédits photo : Page Facebook du GIGM 77

2019-2020 : la naissance du GIGM 77

En 2017, le monde du travail comprend que le gouvernement Macron n’a qu’un seul but : revenir en force sur les acquis sociaux conquis depuis 1936 lors des grandes grèves de juin. Ces attaques s’accompagnent d’un racisme d’État systémique illustré par la loi Séparatisme, loi essentiellement islamophobe. Dans ce contexte de régression sociale et de racisme décomplexé, des travailleurs et travailleuses seine et marnais ont choisi en 2019 de se regrouper sur une base interprofessionnelle. L’objectif premier était de favoriser la discussion et le débat entre travailleurs de divers horizons politiques et syndicaux, débat qui ont politisé progressivement les actions menées localement, dans un contexte national de lutte.

Les luttes contre la « loi travail » en 2016 et celles contre la contre-réforme des retraites de 2019 (retraites à points) ont permis un renouveau des luttes et le besoin des travailleurs de se regrouper sur le principe de l’auto-organisation afin de ne pas être prisonniers des décisions des directions syndicales. C’est dans ce contexte et cette volonté de se réapproprier la grève que le GIGM77, pour « Grévistes Interprofessionnels du Grand Melun 77 », s’est créé. Très présent dans les manifestations et rassemblements locaux tout le temps des luttes contre la réforme des retraites, l’interpro melunaise a su rester active et force de proposition lors des confinements successifs.

Une des premières actions au cœur de la crise sanitaire a été d’être le relais de la lutte « Black Lives Matter » au niveau local en participant au rassemblement intersyndical local. Une manière de « combattre le racisme, les violences policières et rendre hommage à George Floyd et Adama Traoré », confie Jocelyne Clément, une des organisatrices Le GIGM77 s’est positionné comme un acteur incontournable capable d’agir sur tous les fronts, des luttes ouvrières à un réel antiracisme politique.

Pour se rendre le plus visible et pérenne possible, l’Interpro sud seine et marnaise s’est donné les moyens de communication et d’information avec sa publication interprofessionnelle bi mensuelle « Le PoinGIGM » et sa page Facebook. Ils ont participé en 2020 à l’Appel de la 6ème coordination nationale AG interpro, secteurs et collectifs de lutte. Cette volonté d’auto-organisation a été et est restée une volonté largement partagée au niveau national.

La coordination des luttes dans le sud 77

En ce début d’année 2023, après la crise sanitaire qui a duré plus d’un an et demi, le GIGM77 reprend le combat contre les réformes Macron et donc contre sa scandaleuse contre-réforme des retraites. Le GIGM77 est maintenant bien implanté localement et est reconnu par l’ensemble des organisations des travailleurs mais aussi organisations institutionnelles locales. Il pèse grâce à sa diversité, sa ténacité et son format interprofessionnel sur les décisions locales des organisations traditionnelles et amène un autre discours que celui des bureaucraties syndicales locales. L’interpro était présente et s’est faite entendre dans toute sa force politique Interprofessionnelle lors du rassemblement du 19 janvier à Melun avec des prises de parole d’une camarade de l’éducation nationale et d’un camarade de Grandpuits.

Lors de l’Assemblée Générale du 26 janvier a été décidé un certain nombre d’actions en plus de l’appel à la manifestation dans Melun aux côtés des organisations syndicales et politiques locales du 31 janvier : mettre en place des caisses de grèves afin d’aider financièrement les grévistes, écrire et diffuser des tracts sur les marchés et autres lieux de passage, construire des rencontres avec les quartiers populaires pour faire le lien avec le mouvement social, imposer des Assemblées Générales de grévistes en interprofessionnel : le GIGM77 se veut le porte-parole de l’auto-organisation avec comme objectif à plus long terme de se coordonner à plus grande échelle pour propager la nécessité de « l’auto-organisation ».

Pour en finir avec la tactique des grèves saute-moutons

La question que l’on pourrait se poser serait pourquoi pousser à l’auto-organisation à la base et ne pas s’en remettre aux décisions de l’intersyndicale et des directions syndicales. Les décisions et les tactiques imposées par les directions et leurs bureaucraties sous la forme de grève « saute-moutons » avec pour seule perspective des manifestations « sans débordement » sont autant de stratégies de la défaite par endormissement des travailleurs.

S’organiser en interpros peut redonner une orientation au monde du travail qui doit reprendre son outil de lutte en main qui est la grève et permettre d’organiser la colère profonde et générale du monde du travail. L’Interpro GIGM77, comme d’autres Interpro auto-organisées, est porteuse d’une vraie stratégie ouvrière, offensive et bien plus radicale que ce que proposent nombre d’organisations traditionnelles pour faire reculer ce gouvernement sur les retraites, mais aussi plus largement sur sa politique de régression sociale, sexiste et gangrénée de racisme systémique.

Cette forme d’auto-organisation va devoir se propager en se coordonnant pour amener le monde du travail à pousser vers une stratégie enfin gagnante de lutte où tous les secteurs d’activité seront amenés à mettre une vraie pression au gouvernement et au patronat par la généralisation de la grève dans tous le pays. Ce sera la seule stratégie qui amènera à une victoire dans notre pays, sachant que nous sommes regardés par l’ensemble des travailleurs et travailleuses dans le monde entier.


Facebook Twitter

Jocelyne Clément

psychologue dans l’éducation nationale

Éducation : la grève du 22 avril ne peut rester isolée, il faut un plan pour élargir la lutte !

Éducation : la grève du 22 avril ne peut rester isolée, il faut un plan pour élargir la lutte !

SNCF : 300 personnes en soutien à Régis, menacé de licenciement pour avoir dénoncé des VSS

SNCF : 300 personnes en soutien à Régis, menacé de licenciement pour avoir dénoncé des VSS

Roissy : face à la pression patronale, les salariés d'un sous-traitant de Sixt en grève reconductible

Roissy : face à la pression patronale, les salariés d’un sous-traitant de Sixt en grève reconductible

100€ à débourser pour accéder à son CPF : le gouvernement fait à nouveau payer les travailleurs

100€ à débourser pour accéder à son CPF : le gouvernement fait à nouveau payer les travailleurs

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

5 jours de mise à pied : la SNCF réprime Marion, cheminote ayant dénoncé une agression sexuelle

5 jours de mise à pied : la SNCF réprime Marion, cheminote ayant dénoncé une agression sexuelle

« Tavares gagne 36,5 millions grâce aux ouvriers sous-payés » Vincent, délégué CGT Stellantis

« Tavares gagne 36,5 millions grâce aux ouvriers sous-payés » Vincent, délégué CGT Stellantis

Toulouse. Marche blanche en mémoire d'Adrien, employé de l'ATPA-SPA en lutte contre la maltraitance animale

Toulouse. Marche blanche en mémoire d’Adrien, employé de l’ATPA-SPA en lutte contre la maltraitance animale