^

Politique

Dissimulation policière

Des policiers déguisés en Gilets Jaunes, une nouvelle "stratégie" pour interpeller les manifestants

Une vidéo prise à Montpellier lors de l’Acte 19 a révélé la nouvelle « stratégie » assumée des forces de l’ordre : porter le gilet jaune pour s’infiltrer et arrêter les manifestants.

mercredi 27 mars

Gare à vous lors des manif’ ! Dorénavant, il est possible de se faire arrêter par des individus en gilets jaunes. Non. Ce ne sont pas des manifestants, mais de vrais policiers dissimulés pour vous interpeller.

La vieille technique policière qui consiste à endosser les brassards ou les gilets des militants politiques ou syndicaux en manifestations était déjà connue des militants « traditionnels ». En 2010, lors de la mobilisation contre la réforme des retraites, d’autres vidéos où l’on voyait des policiers déguisés en manifestants ou en « black-block » avaient fait le tour de la toile. Voilà qu’elle se décline à présent avec le gilet jaune.

Sur la vidéo prise à Montpellier, on voit très nettement des individus affublés d’un gilet jaune plaquer un autre gilet jaune au sol. Le tout, entouré d’une horde de policiers.

Mal à l’aise alors que la vidéo circule sur les réseaux sociaux, les services de communication de la police nationale ont reconnu « une filature au sein de la manifestation » qu’ils ont justifié en faisant valoir la nécessité « d’interpellation du présumé auteur de multiples dégradations ».

Le tournant ultra autoritaire de Macron se retrouve une fois de plus dans les techniques policières de surveillance et d’infiltration du mouvement social : après les fuites sur la mise en place de fiche des renseignements généraux sur les principales figures Gilets Jaunes, après le déploiement de l’armée, voilà le grand retour de l’infiltration-dissimulation policière. Un savant mélange de maintien de l’ordre qui consiste, à réprimer, à tenter de contrôler les leaders du mouvement, et pourquoi pas à faire en sorte qu’il dégénère au moment propice…

La mesure n’est pas en soi nouvelle : à chaque mouvement social, cette technique policière est dénoncée par les manifestants. La grande nouveauté consiste à ce qu’elle soit assumée par le pouvoir qui prend acte et assume l’escalade répressive en cherchant à la justifier.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Montpellier   /    Violences policières   /    Politique