^

Notre classe

Gréveillon des machinistes de Flandre

A Pantin, agents RATP et leurs soutiens fêtent la grève lors d’un grand réveillon solidaire

Le soutien à la grève ne se dément pas ! Le réveillon des grévistes organisé par les agents mobilisés du dépôt-bus RATP de Flandre, a réuni ce 28 décembre autour de 500 personnes, grévistes de différents secteurs et nombreux soutiens. « C’est avant tout une soirée pour se réunir, pour s’encourager, pour être tous ensemble » souligne une gréviste. Sur les longues tablées, autour d’un repas solidaire préparé par les grévistes et leurs proches, on s’encourage, on se donne du moral et cette fête de la grève renforce la détermination de chacun.

lundi 30 décembre 2019

Soutenir la grève des travailleurs de la RATP

Organisée par les grévistes du dépôt-bus de Flandres (Pantin), cette fête de la grève soutenue par Révolution permanente et l’UD CGT du 93 et l’UL de Pantin qui l’ont soutenu financièrement et matériellement.

Alors que la grève entre dans son 25e jour, la détermination à aller jusqu’au retrait ne faiblit pas mais la pression financière se fait sentir. La caisse de grève a ainsi été largement renflouée par l’apport de 7000 euros au cours de la soirée.

La grève aux grévistes !

Les prises de paroles des grévistes de Flandre, mais aussi d’autres dépôts RATP comme Ivry, et d’autres secteurs clefs de la grève, SNCF et éducation nationale notamment, sont revenues sur la construction de la grève par la base et sur la solidarité qui se construit sur les piquets de grève.

Nadia, gréviste RATP au dépôt de Flandre le souligne : « C’est la première bataille et c’est loin d’être la dernière ! Parce qu’aujourd’hui je ne suis pas toute seule, je connais des professeurs, des étudiants, des gens des raffineries... et dès qu’il y aura un souci je viendrai leur porter secours, et si j’ai besoin de quoi que ce soit je les appellerai pour qu’ils viennent nous soutenir. »

Cette semaine de mobilisation a démontré la capacité des secteurs en grève à poser des dates de manifestation réussies, concrétisant le refus de la trêve de Noël.

Élargir la grève pour gagner

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, était présent en soutien aux grévistes, dans la lignée de sa venue sur le piquet de grève de Vitry. Les grévistes ont apprécié son soutien mais ils avaient également un message à lui faire passer. Car si la CGT a bien pris position contre la trêve, en repoussant la prochaine journée de mobilisation au 9 janvier, elle a pris le risque d’isoler les grévistes de la RATP et de la SNCF pendant les fêtes. Anasse Kazib, gréviste à la SNCF a souligné l’importance de généraliser la grève dès maintenant : « C’est l’appel que je fais aux camarades de la confédération, on a la nécessité de généraliser la grève, on n’a plus rien à perdre, on a tout à gagner ! ».

Et pour tenir dans la durée c’est également d’un besoin financier conséquent que la grève a besoin, d’où la demande adressée à l’ensemble des organisations syndicales de débloquer des fonds afin de faire gagner la bataille contre la réforme des retraites ! La détermination de la base est intacte et il est urgent de construire un plan de bataille à la hauteur de cette radicalité.

Dans ce contexte, cette soirée à l’initiative des grévistes de Flandres (qui fait d’ailleurs suite à plusieurs fêtes de soutien à la grève organisées par d’autres dépôts RATP) prend une importance toute particulière dans la construction effective de la mobilisation dans la durée.

« C’est une soirée de solidarité aux grévistes, mais c’est aussi un lieu de rassemblement », souligne Ahmed, gréviste de Flandres et militant CGT. Oumou et Fernande, anciennes grévistes d’ONET, sont également intervenues pour partager leur expérience victorieuse de 45 jours de grève reconductible, dirigée par leur Assemblées générales quotidiennes et apporter leur soutien à ceux qui se battent aujourd’hui depuis plus de trois semaines.

Cette soirée est ainsi à l’image de ce qui se développe sur les piquets depuis des semaines : derrière la joie, les rires et les chants, une alliance profonde entre agents RATP, cheminots, étudiants, enseignants et Gilets Jaunes qui se battent côte à côté pour construire leur avenir.

Pour soutenir la caisse de grève

 Crédit photo : O Phil Des Contrastes 




Mots-clés

Caisse de grève   /    Grève décembre 2019   /    mouvement ouvrier   /    Grève   /    Grève générale   /    RATP   /    Notre classe