×

Casse du service public

A Paris, 300 cheminots rassemblés contre la liquidation du FRET SNCF et la suppression de 450 emplois

Alors que l'entreprise Fret SNCF s'apprête à liquider le transports ferroviaire de marchandises et menace de supprimer 450 postes, les cheminots se sont mobilisés ce vendredi matin. Ils étaient plus de 300 rassemblés devant le siège pour dénoncer cette politique anti-sociale et écocide.

Lisa Mage

2 juin 2023

Facebook Twitter
A Paris, 300 cheminots rassemblés contre la liquidation du FRET SNCF et la suppression de 450 emplois

Crédits photo : Révolution Permanente

A l’appel de SUD-Rail, la CGT, la CFDT et l’UNSA, 300 personnes se sont rassemblées devant le siège de la direction FRET SNCF à Saint-Ouen ce vendredi matin. Alors que se déroulait un CSE extraordinaire pour lancer la procédure de liquidation de Fret SNCF, de nombreux cheminots ont répondu à l’appel pour dénoncer la casse sociale et la privatisation du service de transport ferroviaire de marchandises.

En effet, depuis maintenant près de 15 ans, le fret public subit de nombreuses attaques qui dresse un chemin vers la privatisation. Que ce soit le gouvernement, la direction de la SNCF et maintenant la commission européenne, tous les moyens sont utilisés pour attaquer ce secteur des transport public et tendre à le privatiser.

Après que la commission européenne ai été saisie en janvier dernier pour concurrence déloyale en raison des subventions étatiques reçues par la SNCF, l’entreprise du ferroviaire est menacée de devoir rembourser à l’État 5,3 milliards de dettes, initialement annulées. Pour éviter les sanctions de Bruxelles, Fret SNCF a finalement décidé de restructurer radicalement ses filiales en liquidant SAS Fret SNCF et en cédant 30% des contrats actuels à la concurrence privée. Cette restructuration devrait aboutir à la suppression de 450 postes et à la création de deux filiales de droit privé d’ici au 1er janvier 2024.

En réaction, 300 cheminots se sont réunis pour s’opposer à la politique de privatisation qui porte atteinte aux travailleurs du secteurs mais aussi à tous les usagers des services publics. Le rassemblement a été marqué par une forte présence de la police, venus pour protéger les dirigeants de l’entreprise. Ces derniers sont sortis de la réunion du CSE sous les hués de colère émanant de la foule.

Pendant les prises de paroles, Anasse Kazib, cheminot au Bourget, a interpellé le directeur général du fret : « Votre emploi il n’est pas menacé, pire : votre avenir dépend de votre capacité à liquider le FRET. Le dos des agents vous sert de tremplin. On va organiser la bataille pour vous faire reculer ! »

En plus des conséquences sociales désastreuses qu’implique la casse du Fret public pour les cheminots, cette politique relève aussi d’un non-sens écologique. Alors que le Fret est le moyen de transport des marchandises le moins polluant (jusqu’à 14 fois moins émetteur en GES que le naval ou le routier) l’UE, comme la France et la SNCF font tout pour démanteler ce moyen de transport. Ainsi la lutte contre la casse du Fret public est un enjeu écologique de premier ordre dont l’ensemble du mouvement écologiste doit se saisir.

Après que 400 personnes aient envahis les locaux de la Commission européenne à Paris le mardi 23 mai, ce nouveau rassemblement constitue une nouvelle étape dans une lutte qui doit se durcir pour parvenir à faire reculer la direction. Dans ce sens, une grève est appelée sur le centre de triage du Bourget le 15 juin avec un rassemblement « Pour nos emplois et le climat » à 13 heure au 104 avenue Marceau Drancy. Pour gagner cette bataille, il faut que l’ensemble des travailleurs de la SNCF se mobilisent contre cette casse toujours plus violente des services publics et des conditions de travail.


Facebook Twitter
RATP CAP : 95 % des conducteurs de Wissous et du tramway T10 en grève pour les salaires

RATP CAP : 95 % des conducteurs de Wissous et du tramway T10 en grève pour les salaires

Jeux olympiques, salaires : vers une forte mobilisation des cheminots le 21 mai en Île-de-France

Jeux olympiques, salaires : vers une forte mobilisation des cheminots le 21 mai en Île-de-France

Répression : 9 soignants en GAV après s'être mobilisés contre la fermeture des urgences de Carhaix

Répression : 9 soignants en GAV après s’être mobilisés contre la fermeture des urgences de Carhaix

La condamnation de Safran pour homicide involontaire confirmée en appel : une victoire pour les ouvriers

La condamnation de Safran pour homicide involontaire confirmée en appel : une victoire pour les ouvriers

Grève à Radio France : quelles suites après la journée réussie du 12 mai ?

Grève à Radio France : quelles suites après la journée réussie du 12 mai ?

Grève victorieuse : les pompiers de la raffinerie de Grandpuits font plier Total !

Grève victorieuse : les pompiers de la raffinerie de Grandpuits font plier Total !

Lutte pour les salaires à Capgemini : une grève qui envoie un signal à l'ensemble du secteur

Lutte pour les salaires à Capgemini : une grève qui envoie un signal à l’ensemble du secteur

Liquidation judiciaire de MA France : 400 familles au chômage malgré les profits records de Stellantis

Liquidation judiciaire de MA France : 400 familles au chômage malgré les profits records de Stellantis