^

Monde

Asie centrale

A bas l’impérialisme, ouvrons les frontières : tous aux rassemblements de soutien au peuple afghan !

Depuis quelques jours les images terribles de l’Afghanistan et de la population tentant de fuir le pays et les Talibans se multiplient. Plus que jamais nous devons exiger l’ouverture des frontières et l’accueil sans condition de tous les réfugiés Afghans.

vendredi 20 août

Crédits photo : WAKIL KOHSAR - AFP

La prise du pouvoir des talibans en Afghanistan, quelques semaines seulement après le retrait des troupes américaines, a mis sous le feu des projecteurs l’échec retentissant de près de 20 ans d’occupation impérialiste. De la guerre initiée par George W. Bush au lendemain de la tragédie du 11 septembre 2001, et dans laquelle la France et l’Union européenne jouèrent un rôle de premier plan, nous retiendrons les 241 000 vies perdues, dont 71 000 civils, les internements et la torture ainsi que ces images terribles de chaos à l’aéroport de Kaboul qui mieux que tout illustrent la déroute de l’impérialisme américain et, avec elle, celle d’un pays dévasté sous contrôle désormais de la terreur talibane.

Les conséquences de cette situation s’annoncent d’ores et déjà dramatiques pour la population. Ces derniers jours, les images de chaos et d’évacuations forcées, les témoignages de femmes mariées de force, d’exactions de l’armée, s’ajoutent à la répression des mobilisations dénonçant le pouvoir des talibans..Une situation face à laquelle les pays de l’Union Européenne n’ont pas hésité à mobiliser des discours xénophobes, révélant leur volonté de tout faire pour limiter au maximum le soutien aux réfugiés afghans.

Mardi, Josep Borell, le haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité déclarait ainsi : « Nous devons veiller à ce que la situation politique en Afghanistan créée par le retour des Talibans ne conduise pas à un mouvement migratoire de grande ampleur vers l’Europe ». Dans la même veine, Emmanuel Macron expliquait lundi, à l’occasion d’une allouction, que « l’Europe ne peut pas à elle seule assumer les conséquences de la situation actuelle. Nous devons anticiper et nous protéger contre des flux migratoires irréguliers importants » avant d’annoncer qu’un plan anti-migratoire était en discussion avec la chancelière Merkel. Début août, il y a quelques semaines à peine, six Etats membres- l’Autriche, le Danemark, la Belgique, les Pays-Bas, la Grèce et l’Allemagne- envoyaient même une lettre à la Commission européenne pour demander à ce que les demandeurs d’exil afghans déboutés puissent toujours être expulsés.

Si Josep Borrel a assuré que la communauté UE ferait tout ce qui est en son pouvoir et pèserait de « tout son poids politique et économique pour aider la population afghane », ce beau discours cache ainsi une politique ouvertement anti-migrants. Comme le note Philippe Alcoy, celle-ci va sans doute s’organiser en collaboration avec des « régimes néfastes comme celui en Iran, au Pakistan (qui a longtemps permis aux Taliban de s’organiser sur son sol) et immanquablement celui d’Erdogan en Turquie. Très probablement le modèle que Macron et Merkel ont en tête est semblable à l’accord avec la Turquie, où l’UE « sous-traite » la protection de ses frontières à des Etats de transit des réfugiés. ». De fait, rien que l’année dernière, l’immense majorité des près de 40 000 Afghans à avoir demandé l’asile en Europe ont systématiquement été expulsés de force. Pour l’heure en France, Emmanuel Macron a annoncé l’accueil de 600 afghans et leurs familles ayant travaillé avec la France et dont les vies seraient menacées. Une mesure honteuse au regard de la situation.

En annonçant la fermeture de ses frontières, l’Union Européenne reprend à son compte la musique réactionnaire de l’extrême-droite. Au fond pour Macron et consorts, peu importe la détresse de la population afghane, il s’agit avant tout de satisfaire les franges les plus réactionnaires de la population en réaffirmant un discours raciste envers les réfugiés. Une politique qui va de pair avec l’oppression quotidienne des migrantes et migrants, privés d’hébergements et systématiquement réprimés par la police comme l’a dénoncé le 15 août dernier Utopia 56.

Face à la situation dramatique en Afghanistan, produit de la politique impérialiste es Etats-Unis et de leurs alliés tels que la France, il est fondamental d’exprimer toute notre solidarité avec la population afghane et avec ceux qui fuient la guerre et la misère. Pour les organisations politiques et syndicales se réclamant du mouvement ouvrier, il est urgent de revendiquer en ce sens l’ouverture des frontières et d’exiger un accueil inconditionnel de tous les réfugiés, et notamment des Afghans, ainsi que la réquisition des logements vides pour offrir des conditions de vies décentes à tous les migrants et migrantes.

Pour défendre ces mots d’ordre, il faudra être nombreux dans les rassemblements organisés partout en France en soutien au peuple Afghan, comme le pointait Alberta Nur en direct du rassemblement toulousain mercredi. A Paris, un rassemblement est ainsi appelé ce dimanche à 14h devant le Ministère des Affaires étrangères à Paris-> https://www.facebook.com/events/s/afghan-lives-matter-paris/4307813295979067/].




Mots-clés

Afghanistan   /    Ouvrons les frontières   /    Impérialisme   /    Union Europénne   /    Emmanuel Macron   /    Réfugiés   /    Immigration   /    Monde