×

Contre l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiants étrangers

A l’Université Paris 8, l’occupation du « carré rouge » au cœur de la mobilisation étudiante

À l'initiative d’étudiants d’art, le “carré rouge” a été inauguré le 6 janvier dernier. Au pied de l’escalator, à l’entrée du bâtiment A de l’université, l’“occupation” est devenue le lieu de rencontre et de discussion, où des étudiants se retrouvent tous les jours pour maintenir la mobilisation contre l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiants étrangers et discuter des suites du mouvement.

Facebook Twitter

Dans le prolongement de la lutte contre la hausse des frais d’inscription pour les étudiants étrangers extra-européens, le “carré rouge” s’est installé au sein de l’université de Paris 8 – Saint-Denis. A l’initiative d’étudiants en art, le « carré rouge » a été conçu comme un espace expérimental et artistique commun. Un rendez-vous où chacun peut contribuer, de façon pratique ou esthétique, à la bataille menée en faveur d’une fac ouverte à tous et toutes.

Si l’espace fut ainsi baptisé “carré rouge”, c’est parce que ce symbole fut celui de la victoire d’un mouvement étudiant au Québec engagé également contre l’augmentation des tarifs pour l’accès à l’enseignement supérieur. S’il règne un certain défaitisme ambiant depuis quelque temps dans les universités, après l’échec relatif de plusieurs mouvements, le carré rouge symbolise décidément cette envie de repartir à l’offensive.

Relativement toléré par la présidence de la fac et ses équipes pour le moment, le « carré rouge » a malgré tout connu plusieurs tentatives de démembrement. L’ancrage de la lutte étudiante sur cet espace n’est pas vu du meilleur œil par la présidence de l’Université qui craint la reprise des occupations de l’hiver et du printemps 2018 qui avaient eu lieu dans la fac en solidarité avec les migrants et contre Parcoursup.
Le lieu fait office de point d’information et d’organisation des luttes : les affichages sont actualisés tous les jours, il y a la possibilité de discuter avec les étudiants présents, mais aussi de stocker du matériel comme des banderoles, affiches, tracts, autocollants, flyers, etc. C’est pourquoi beaucoup sont décidés à défendre ce "carré" assurément utile à la bonne construction d’un mouvement étudiant massif.

De plus, il faut se remémorer l’histoire du déménagement de la fac de Vincennes à cet endroit de Saint-Denis, pour ainsi dire désert. Aux alentours de l’université, il n’y a rien ou si peu, avec seulement le va et vient d’étudiants qui ne font que passer “consommer” quelques cours et partir aussitôt. Voilà aussi pourquoi le “Carré rouge” répond au manque flagrant, et voulu, d’espaces de socialisation pour les étudiants. Gardons à l’esprit que ces précieux lieux de rencontre sont, dans les entreprises par exemple, des acquis de luttes syndicales avec les CE (comités d’entreprises).

Tout comme les gilets jaunes sur les ronds-points, nous devons nous opposer et dénoncer ceux qui, à Paris 8, s’efforcent de tuer toute possibilité de regroupement. Si tout est question de rapport de forces, profitons de la journée de grève générale mardi 5 février pour montrer nos muscles et démontrer que les étudiants n’ont pas fini de se mobiliser en masse !


Facebook Twitter
Austérité : le « gouvernement des jeunes » nous promet plus de précarité et (encore) moins d'écologie

Austérité : le « gouvernement des jeunes » nous promet plus de précarité et (encore) moins d’écologie


« Le lieu où je vis ne cesse de se dégrader » : Théo étudiant à Lille 3

« Le lieu où je vis ne cesse de se dégrader » : Théo étudiant à Lille 3

« Tu casses, tu répares » : Gabriel Attal continue d'assommer la jeunesse de mesures répressives

« Tu casses, tu répares » : Gabriel Attal continue d’assommer la jeunesse de mesures répressives

Communiqué. Non aux sanctions contre les élèves mobilisés du lycée Racine !

Communiqué. Non aux sanctions contre les élèves mobilisés du lycée Racine !

Paris 1. Total et la BNP viennent faire leur marché parmi les étudiants

Paris 1. Total et la BNP viennent faire leur marché parmi les étudiants

Sélection, autoritarisme, écologie. Le mal-être croissant des jeunes ne tombe pas du ciel

Sélection, autoritarisme, écologie. Le mal-être croissant des jeunes ne tombe pas du ciel


Pression, perte de sens, isolement… des lycéens témoignent : « J'ai l'impression de gâcher ma vie »

Pression, perte de sens, isolement… des lycéens témoignent : « J’ai l’impression de gâcher ma vie »

« On refuse leur politique autoritaire » : plusieurs centaines de lycéens mobilisés ce jeudi

« On refuse leur politique autoritaire » : plusieurs centaines de lycéens mobilisés ce jeudi