^

Jeunesse

Solidairté avec les étudiants étrangers !

A l’université Paris 3, les étudiants étrangers remercient les étudiants mobilisés.

Après avoir réussi à ouvrir la cour du site Censier de l’université Paris 3, fermé par la présidence depuis qu'un blocage a été voté en Assemblée générale mardi, les étudiants ont tenu une assemblée générale au cours de laquelle les prises de paroles d'étudiants étrangers se sont succédé pour remercier de la mobilisation en cours.

vendredi 7 décembre 2018

Alors que la Présidence de l’université a fermé la fac et continue de nier le caractère politique du blocage et le cadre démocratique des assemblées générales, les étudiants de Paris 3 restent mobilisés et déterminés à se battre, comme en témoigne l’assemblée générale qui a réuni plus de 300 personnes ce jeudi 6 décembre.

« Fac ouverte à tous les étrangers, fac fermée aux intérêts privés ! » entonnent en cœur les étudiants en entrant dans la cour au moment de l’ouverture de l’assemblée générale qui entend se donner les moyens de se battre contre la hausse des frais d’inscription pour les étudiants étrangers. Au cours de celle-ci des étudiants étrangers (très nombreux à Paris 3, puisqu’ils représentent environ 30% de l’effectif de l’université) ont pris la parole pour remercier les étudiants mobilisés et la solidarité dont ils font preuve. A la suite de nombreuses interventions dans ce sens, qui rappellent le droit a l’éducation pour toutes et tous et l’urgence de se battre pour le défendre, en se réjouissant de la solidarité qui s’exprime à l’échelle nationale dans les universités, une étudiante déclare en effet « on n’arrivera pas sans vous à arrêter ce qu’il se passe ! ».

Inquiets face aux menaces qui pèsent sur les étudiants dont le droit de rester étudier en France est conditionné par la validation des partiels, l’assemblée a voté des mesures pour permettre aux étudiants étrangers concernés de passer leurs examens même dans le cadre du blocage de la fac, avant de rejoindre tous ensemble le rassemblement de milliers de jeunes devant Campus France (où sont traités les dossiers des étudiants étrangers) et la manifestation spontanée qui s’en est suivie sur des airs de « Sooo-so-solidarité avec les étrangers ! » et de « Macron démission ! ».