^

Notre classe

Nos morts

A la RATP, le Covid_19 a emporté l’un des nôtres. A Georges Merlot, le chef et l’ami

Nous avons appris ce dimanche la triste nouvelle du décès de notre collègue et camarade Georges Merlot, 51 ans, responsable transport sur le dépôt de bus d'Aubervilliers, des suites du Covid_19. Hommage à l'homme et à l'ami.

lundi 30 mars

Je connais Georges depuis mon embauche sur le dépôt de bus d’Aubervilliers, 18 ans en arrière. C’était un pilier dans le dépôt, et personne ne pourra l’oublier. Machiniste, puis régulateur, chef de ligne, et enfin cadre, c’était un homme de terrain qui avait gravi les échelons mais n’avait pas oublié d’où il venait. Syndiqué CGT, Georges a toujours été à l’écoute de tout le monde et a aidé beaucoup de machinistes. Il faisait tampon entre la direction et les agents, essayait toujours de trouver des arrangements lors des procédures disciplinaires.

En tant que syndicaliste, ça arrivait qu’on se prenne la tête, je ne peux pas le nier ! Quand il avait quelque chose à dire, il le disait cash ! Il était cadre, moi syndicaliste, donc on savait qu’on était en opposition. Mais ça ne nous empêchait pas de discuter. Quand un agent était en difficulté, on allait le voir et il trouvait toujours une solution. On en plaisantait même, parce que 3/4 des machinistes lui devaient quelque chose, alors je leur disais « c’est pas bien, vous êtes tous redevables d’un chef ! »

C’était un peu le parrain dans le dépôt, c’était le grand, c’était Georges quoi ! On pouvait l’appeler à n’importe quel moment, aller dans son bureau à 19h-20h, il était toujours là pour nous écouter et nous aider à trouver des solutions. Un homme de valeur que tout le monde respectait. Tout en étant cadre de la RATP, c’était avant tout un ami et un camarade. Pendant la grève, il nous a même donné de l’argent pour la caisse de grève. Le voir partir si jeune, c’est une grosse perte pour nous.

Georges a été élu du personnel à l’encadrement, et à cette époque il y a eu une grève locale parmi les cadres du dépôt d’Aubervilliers, contre la centralisation de tous les régulateurs à Romainville, alors qu’avant il y en avait dans chaque terminus. Et ben avec Georges comme élu du personnel, la grève a été suivie à quasiment 100% parmi l’encadrement d’Aubervilliers !

On a trinqué plus d’une fois à sa santé, c’était un fêtard et un bon vivant, ça il n’y a pas de doute ! On avait le point commun d’être tous les deux guadeloupéens et très attachés à notre culture, très investis dans la communauté antillaise. De temps en temps on se retrouvait chez un ami qui organisait des soirées soupe antillaise, on s’amusait bien. Lorsqu’il a fêté ses 50 ans en Guadeloupe, j’y étais pour les vacances et il m’a invité, on a bien fait la fête. On avait des relations professionnelles mais aussi amicales et culturelles, on savait faire la différence. Je lui disais toujours « je ne fais pas de photo avec toi, parce que je ne fais pas de photo avec la direction, chacun défend son périmètre ! » Mais dans les discussions personnelles avec lui, on savait que malgré son rôle de cadre c’était quelqu’un qui était attaché au service public.

Aujourd’hui toutes mes pensées vont à ses proches, en particulier à sa femme et à sa fille que j’ai eu l’occasion de connaître. Malheureusement nous ne pourrons pas lui rendre hommage à la hauteur de l’homme qu’il a été, mais dès que ce confinement sera terminé nous ferons en sorte de lui rendre l’hommage qu’il mérite. Bon voyage mon ami !


Une caisse Leetchi à été ouverte un soutien à la famille. Ne pouvant pas les soutenir physiquement, chacun à la possibilité de contribuer à la hauteur de ses possibilités : Cagnotte A la mémoire de Georges Merlot.




Mots-clés

Covid-19   /    Aubervilliers   /    Coronavirus   /    #NosViesPasLeursProfits   /    CGT   /    RATP   /    Notre classe