^

Politique

Edito

Acte 23 : après 5 mois de mouvement, le tour de France des manifestations Gilets jaunes

Malgré les tentatives d’intimidation de la part du gouvernement, qui ces derniers jours a agité Notre-Dame et annoncé une présence policière massive, les Gilets jaunes ont manifesté nombreux sous le soleil pour cet acte 23. Une journée de mobilisation marquée par une répression policière brutale et l’arrestation de plusieurs journalistes.

dimanche 21 avril

La journée marquait les cinq mois d’anniversaire du mouvement, célébré au départ de la manifestation parisienne à Bercy ce matin par un chant de « joyeux anniversaire ».

Pour cet acte 23 l’épicentre de mobilisation est Paris, où a été appelée une montée nationale des Gilets jaunes. La journée est marquée par une forte répression, déjà annoncée hier par le gouvernement. Ce sont 60 000 policiers qui ont été mobilisés à travers le territoire pour tenter de faire plier les Gilets Jaunes. Déjà ce matin les arrestations préventives, désormais légalisées par la loi « anti-casseurs » ont été nombreuses. Sur Twitter, on a ainsi pu lire que les policiers rentraient même dans les cafés pour fouiller les manifestants. En tout BFMTV annonce 17 000 contrôles de manifestants au cours de la journée et 189 interpellations à 16h30. A Paris les blessés ont été nombreux au cours de la journée, notamment à République, où les street-medics débordés ont pris en charge les blessés :

Ce saut supplémentaire dans la répression s’est également traduit par des multiples arrestations de journalistes, notamment Alexis Kraland et Gaspard Glanz de Taranis News.

Du côté des Gilets jaunes cette tentative d’intimidation, combinant instrumentalisation de l’incendie de Notre-Dame et répression policière n’a pourtant en rien fait taire les manifestants, qui une fois encore montrent une détermination à toute épreuve pour cet « ultimatum 2 ». Des barricades ont été montées boulevard Richard Lenoir

Alors que les interdictions de manifestation se sont multipliées ce week-end, que ce soit au Capitole à Toulouse, dans le centre de Lille ou de Lyon, la mobilisation a été forte ce week-end dans beaucoup de ville.

A Lyon notamment, la mobilisation a été grosse ce samedi et la répression particulièrement violente. Suite à l’interdiction de manifestation de la Préfecture dans le centre lyonnais, les Gilets jaunes ont décidé de manifester dans le Vieux-Lyon. Dès le matin toute la place Saint-Jean, point de rendez-vous de la manif est quadrillée par les CRS et les fouilles sont nombreuses. Dans l’après-midi le cortège est bloqué par la police à coup de tirs lacrymogènes puis coupé en deux. Un hélicoptère est même présent. Alors qu’un groupe de Gilets jaunes fait un sit-in, ils sont gazés à bout portant et chargés par la police

Les Gilets jaunes de Lyon manifestant au cri du slogan « anti-capitaliste » :

A Bordeaux, les Gilets jaunes, qui étaient environ 5000 au plus fort de la journée, manifestent au rythme du chant des cheminots « On est là »

A Toulouse, plusieurs fois sacrée capitale de la mobilisation au cours du mouvement, n’est pas en reste. Le cortège est massif comme on peut le voir sur ces images :

Avec un cortège de motards présents dans la manif :

A Toulouse, plusieurs milliers de manifestants ont encore manifesté ce samedi, accompagnés pour cet acte 23 d’un cortège de plusieurs centaines de motards.

Alors que suite au passage de la loi anti-casseurs Toulouse avait connu une très brutale répression – sur laquelle nous avions publié de nombreux témoignages de Gilets jaunes, la répression reste féroce cette semaine dans la ville rose : canons à eau, gaz lacrymogènes a, et de tirs de flahsballs. Selon des témoignages, la BAC a même foncé sur la foule pour voler une banderole :

Dans la Somme (Hauts-de-France), des Gilets jaunes ont organisé un « barbecue révolutionnaire » sur le rond point contre l’évasion fiscale et pour le retour de l’ISF.

A Montpellier, 3000 Gilets jaunes ont manifesté.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Politique