^

Notre classe

Violence policière

Acte 32 à Marseille. Les Gilets jaunes de retour, les violences policières aussi !

Le samedi 22 Juin, la mobilisation des gilets jaunes a continué à Marseille avec beaucoup de tension. La manifestation est partie du vieux port et a déambulé dans tout le centre ville. Encore une fois, la répression était au rendez vous.

mardi 25 juin

Plusieurs appels nationaux avaient été lancés pour cet acte 32 : à Charleville Mezière mais également à Marseille, où des gilets jaunes sont venus de part et d’autre de la région, de Bandol aux Alpes Maritimes.

La manifestations a réuni plusieurs milliers de manifestants et s’est avérée rapidement tendue, avec un grand nombre de forces de police étaient mobilisées. Au départ du Vieux Port, devant, derrière et dans les rues adjacentes les policiers étaient présents sur tous les fronts pour empêcher la manifestation d’avancer. Déterminés, les Gilets jaunes ont fait le tour du centre ville en chantant malgré la présence policière.

Les premières tensions avec la police se sont déroulées autour de 14h30, au niveau des réformes : la police a fait l’usage de gaz lacrymogène et a arrêté huit manifestants. Plus tard dans la manifestation, alors que le cortège se dirigeait vers le quartier de la plaine, d’autres affrontements ont éclaté.

La répression a été très violente, comme témoigne une vidéo où l’on voit un homme se faire matraquer par un CRS, abondamment relayée sur les réseaux sociaux. Sur place, les street médics sont tout de suite intervenus, et ont soigné le manifestant qui saignait abondamment au niveau de la tête et de la nuque.

La manifestation marseillaise de l’Acte 32, journée marquée par de nombreux blocages, démontre que si la combativité des Gilets jaunes n’est pas éteinte, les violences policières continuent elles aussi de perdurer. Tout un symbole à Marseille où la répression policière à particulièrement marqué les esprits, et où le nom de [Zineb Redouane,>=https://www.revolutionpermanente.fr/La-vraie-sagesse-c-est-d-interdire-ces-armes-La-fille-de-Zineb-Redouane-repond-a-Macron] tué par la police le 2 décembre 2018 est sur toutes les lèvres.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Marseille   /    Violences policières   /    Répression   /    Notre classe