^

Politique

Gilets Jaunes

Acte 54 à Valenciennes : Marche pour Manu, Gilets Jaunes éborgné à Place d’Italie lors de l’anniversaire du mouvement

Manu est le 25ème Gilets jaunes à finir éborgné suite aux violences policières. En hommage à cet ouvrier intérimaire dans l'automobile du Nord de la France, victime d'un tir tendu à l’œil alors qu'il discutait simplement Place d'Italie la semaine dernière, et pour dénoncer les violences policières qui ont fait de nombreux blessés depuis un an, les Gilets Jaunes de Valenciennes lui ont dédié la manifestation d'aujourd'hui.

samedi 23 novembre 2019

Depuis le début du mouvement on compte 5 mains arrachés, et 13.900 tirs de LBD avait déjà été recensé début mars. Mais cette fois ce n’est pas une balle de LBD qui a éborgné Manu, samedi 17 novembre Place d’Italie pour l’anniversaire du mouvement des Gilets Jaunes. C’est un tir tendu de grenade lacrymogène MP7, celle qui sont censé exploser en l’air et projet des palais incandescent, qui l’a touché à l’œil. Pourtant le canon des fusils « Cougar » qui tirent ces grenades, est conçu spécialement pour tirer en l’air, la crosse est inclinée, et il les tirs tendus sont interdits.

Mais sur la vidéo qui montre Manu recevoir la grenade dans l’œil, lui détruisant les os et lui faisant perdre l’usage d’un de ses deux yeux, il est clairement visible que le tir est tendu. Difficile de penser après cela que la police avait un autre objectif que celui de blesser les manifestants lors de l’acte 53, surtout lorsque l’on ajoute à cela le dispositif qui encerclait la place et empêché les Gilets Jaunes de rentrer ou sortir. Le préfet Lallement l’a dit « nous ne sommes pas dans le même camp ».

Manu a refusé d’être auditionné par l’IGPN, dénonçant par le voix de son avocat Arié Alimi « la partialité de l’IGPN, qui étouffe les affaires de violences policières ». Il va déposer une plainte auprès du doyen des juges d’instruction pour demander une requalification criminelle de l’affaire, pour « violences volontaires avec arme et en réunion par personne dépositaire de l’autorité publique ayant entraîné une mutilation permanente » et pour « violation de liberté individuelle ». Elle accuse le préfet de complicité, mais il est peu probable que celui-ci soit reconnu coupable, et quand bien même il serait condamné, cela ne remplacera jamais l’œil de Manu, ni celle des 24 autres Gilets Jaunes éborgnés, ni la vie de Zineb Redouane, morte à Marseille, victime d’un tir de grenade alors qu’elle observait les manifestations à sa fenêtre à Marseille.

C’est donc contre ces violences policières qui s’abattent systématiquement sur les Gilets Jaunes depuis un an, que les Gilets jaunes de Valenciennes ont décidé de marcher aujourd’hui, dédiant cet acte 54 à Manu. Jérôme Rodriguez, figure du mouvement lui aussi éborgné, a également témoigné de son soutien à ce père de famille.

Une cagnotte est disponible pour soutenir Manu : https://paypal.me/pools/c/8k62s0RyXI




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Politique