^

Politique

Ce samedi

Acte 56 : converger avec les Gilets jaunes pour construire la Grève Générale illimitée !

Après le démarrage historique de la mobilisation contre la réforme des retraites, une nouvelle manifestation est appelée samedi pour l’acte 56 des Gilets jaunes. Alors que la convergence devient de plus en plus effective entre les Gilets jaunes et le mouvement ouvrier organisé, dans certaines villes des syndicats CGT, à l’exception de Paris, appellent à converger avec les Gilets jaunes pour l’acte 56 : Tous ensemble pour construire la grève générale !

vendredi 6 décembre 2019

Photo : Révolution Permanente

L’acte 56 des Gilets jaunes s’inscrit dans un contexte profondément bouleversé par le démarrage historique de la mobilisation contre la réforme des retraites. Avec près de 1,5 millions de manifestants, des pans entiers de l’économie paralysés par la grève reconductible notamment les transports et l’éducation, le monde du travail, les Gilets jaunes, et dans une moindre mesure de la jeunesse, ont réalisé une démonstration de force face au gouvernement. Un démarrage de mobilisation, jamais vu depuis 1995, qui fait faire un saut qualitatif dans le rapport de force contre Macron et son monde.

Cependant, on ne peut comprendre ce retour au premier plan du mouvement ouvrier organisé et de ses méthodes sans y voir le rôle clé et prépondérant des Gilets jaunes. Précurseurs, depuis une année déjà, leur irruption sur la scène politique a remis la question sociale à l’ordre du jour. Remettant en question les méthodes classiques des manifs saute-mouton, Bastille République, ou encore le dialogue social et la méthode de la négociation, les Gilets jaunes ont remis en question la légalité bourgeoise imposant notamment le refus de déposer les manifestations en préfecture.

Mais les Gilets jaunes ont aussi joué un rôle clé du point de vue subjectif de par les aspirations à la convergence avec l’ensemble du mouvement social. Des actions de soutien de Gilets jaunes avec les travailleurs en grève, aux actions de blocages de l’économie à la convergence de certains secteurs avec les quartiers populaires, comme on a pu le voir avec Jérôme Rodrigues lors la manifestation contre l’islamophobie. Cette convergence s’est exprimée également lorsque les directions traditionnelles du mouvement ouvrier avaient refusé de se joindre aux Gilets jaunes. Une question qui ne semble pas totalement résolue étant donné que, la direction confédérale de la CGT et Philippe Martinez se refuse toujours à rentrer en jonction avec la manifestation Gilets jaunes préférant faire cortège séparé contre le chômage et la précarité à Paris ce 7 décembre.

Plus que jamais, pourtant, c’est l’esprit Gilets jaunes qui a joué un rôle prépondérant en insufflant un souffle nouveau pour l’ensemble du monde du travail, après des années de défaites sociales et de démoralisation. C’est la « Gilet jaunisation » du mouvement ouvrier ou de la base des syndicats qui s’exprime.

Des grèves sauvages des cheminots de Chatillon, au droit de retrait à la SNCF à la grève illimitée des travailleurs de la RATP imposé par la base, en passant par le refus de l’intersyndicale du Havre à déclarer son parcours de manifestation, c’est l’esprit Gilets jaunes qui règne. Un esprit qui rentre en contagion avec des pans entiers de la classe ouvrière comme en témoigne les appels à la reconductible qui sont pourtant rarissime dans l’enseignement et a ouvert une mobilisation historique depuis 15 ans dans le secteur de l’Education.

Dans les cortèges du 5 décembre, ce que l’on entend désormais, c’est le désormais classique chant des Gilets jaunes :« On est là, On est là, même si Macron ne veut pas nous on est là », entonné à de nombreuses reprises dans les cortèges ce 5 décembre notamment dans l’animation de cortège syndicaux.

Un an après leur irruption, les Gilets jaunes sont toujours présents, déterminés à manifester malgré la répression terrible qui s’est abattu sur eux, toujours prêt à converger avec le mouvement ouvrier organisé pour construire la grève générale comme en témoigne l’appel de l’AG des Ag à Montpelliers. Si pour l’heure, la direction confédérale se refuse toujours à se joindre aux appels à manifester, plusieurs syndicats de la CGT continuent d’appeler à se joindre aux différentes manifestations comme à Amiens. Et c’est même l’assemblée générale des enseignants, réunie jeudi, qui a décidé d’y participé. De même, à la base, la convergence avec la manifestation des Gilets jaunes est une évidence pour ces travailleurs de la RATP ou les cheminots de la SNCF présents à la rencontre Interpro en Ile de France qui a eu lieu le 6 décembre.

C’est bien en combinant la radicalité des Gilets jaunes avec les méthodes « classiques » du mouvement ouvrier, avec la généralisation de la grève à l’ensemble des secteurs de la société, qu’il sera possible de construire un rapport de force suffisamment fort pour faire reculer Macron non seulement sur sa réforme des retraites, mais aussi pour en finir avec son monde.

La présence massive du mouvement ouvrier est aussi une nécessité pour combattre concrètement la répression terrible qui s’abat semaine après semaine depuis plus d’un an contre les Gilets jaunes. Plus que jamais, il est nécessaire de converger avec les Gilets jaunes.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Grève   /    Grève générale   /    Syndicat   /    Politique