^

Politique

Après l'exfiltration de Macron

Acte 62 : regain de mobilisation des Gilets jaunes, près de 10 000 manifestants

Après l'épisode de l'exfiltration de Macron, ce vendredi, près de 10 000 Gilets jaunes manifestent actuellement à Paris pour l’Acte 62, témoignant d’un regain de mobilisation. Malgré le dispositif policier impressionnant, les Gilets jaunes sont actuellement en manifestation sauvage, cherchant à se défaire de l’étau policier.

samedi 18 janvier

Crédits photo : Jonathan Baudoi

Près de 10 000 personnes manifestent actuellement à Paris dans un cortège impressionnant composé de Gilets jaunes, de grévistes et d’étudiants. Des conducteurs du RER B en grève ont notamment rejoint le cortège, les gilets orange se mêlant aux gilets jaunes. Un regain de mobilisation ce samedi tel que des grands media tels BFMTV se pose la question d’un possible “retour des Gilets jaunes”.

Pour cette manifestation, le gouvernement a déployé un énorme dispositif policier, démesuré et annonçant la répression à venir :

La police a ainsi essayé à tout prix de cadenasser le cortège, avant de charger et de réprimer à coups de matraque et de coups de pieds dans la tête des manifestants. Plus d’une dizaine d’interpellations ont eu lieu en moins d’une heure.

Malgré l’étau policier, les Gilets jaunes, actuellement à Gare de l’Est, sont partis en manifestation sauvage, quelques barricades ont été montées. La manifestation a été coupée en deux.

Cette manifestation s’inscrit dans un processus où Macron et son gouvernement sont de plus en plus remis en question, que ce soit par les Gilets jaunes, par les grévistes, ou par la population qui exprime encore de façon très majoritaire au mouvement de grève qui dure depuis aujourd’hui 44 jours. Comme le dit Jérôme Rodriguez dans l’interview ci-dessous, une radicalité provenant des Gilets jaunes s’est exprimée très clairement ces derniers jours, que ce soit avec l’interpellation de Marlène Schiappa, avec l’action à la CFDT qui a été dénoncé par la très grandes majorité des directions syndicales qui ont fait bloc avec le gouvernement ou avec le rassemblement qui a eu lieu devant le théâtre des Bouffes du Nord, forçant Macron à quitter la salle en se faisant exfiltrer par les forces de l’ordre.

Comme l’exprime Jérôme Rodriguez, « pour avoir de bonnes retraites il faut avoir de bonnes fin de mois ». Ainsi, lors de cette manifestation des Gilets jaunes, les revendications portaient sur les retraites, mais aussi sur le pouvoir d’achat, montrant qu’il s’agit d’une question systémique beaucoup plus large. C’est dans ce sens que Cédric, gréviste de la RATP et gilet jaune depuis un an, dit qu’il combat “un système, avant même de combattre une réforme”.

“On veut mettre fin à ce gouvernement qui ne sert que les plus riches. On veut avoir une place dans cette société, on veut pouvoir vivre dignement !”




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Politique