^

Politique

Et c’est qui les casseurs ?

Acte VI. Affrontement entre la police à moto et des manifestants : la vidéo a été tronquée

Une courte séquence vidéo a défrayé la chronique : des manifestants jettent divers projectiles en direction de plusieurs motards de la police. L’un d’eux brandit son arme de service avant de prendre la fuite. Pourtant, la vidéo originale commençait plusieurs secondes auparavant, alors que les forces de répression bombardaient les manifestants de grenades de désencerclement.

mardi 25 décembre 2018

Quelques secondes de vidéo tournent en boucle sur les chaînes « d’information » depuis samedi dernier. On y voit un policier sortir son arme de poing puis s’enfuir à moto avec ses collègues, alors que plusieurs manifestants essaient de les atteindre avec divers projectiles. La scène se déroule sur les Champs-Élysées, au cours de l’Acte VI de la mobilisation des Gilets Jaunes.

Une séquence vidéo largement diffusée et instrumentalisée par les médias et les politiques pour dénoncer la « violence des manifestants », aboutissant même sur une visite du premier ministre, Édouard Philippe, aux motards de la police protagonistes de la scène. Mais évidemment, rien n’est dit sur la violence de la police, et encore moins sur la séquence – filmée elle aussi, mais moins diffusée – qui précède la scène.

Pourtant, le journaliste Clément Lanot, qui avait filmé avec son portable les premières images, publie quelques instants après une vidéo plus longue, où l’on voit que les manifestants ne se mettent pas à lancer des objets sur les forces de répression sans raison.

Sur la seconde vidéo, on voit plusieurs dizaines de manifestants sur les Champs Élysées qui semblent tout sauf agressifs, et les policiers positionner leurs motos pour condamner l’une des issues, afin d’empêcher toute personne de partir des lieux. Ils bombardent alors la foule de grenades offensives – peut-être ces fameuses GLI-F4, chargée d’une dose d’explosifs – qui ont déjà mutilé et blessé des centaines de manifestants ces dernières semaines.

« Il y avait eu des tirs des lacrymos juste avant, c’est pour ça que je me suis dirigé dans cette direction raconte Clément Lanot, auteur des images, aux journalistes du Parisien. J’ai alors vu ces motards prendre position au bout de l’avenue Georges V, comme pour bloquer d’éventuels manifestants qui désireraient sortir du cortège, c’était un peu ridicule vu leur nombre, j’ai senti que ça allait mal se passer »

Encore une fois, ce que les médias dominants relatent, et ce que le gouvernement monte en épingle, ce sont les soi-disant violences des manifestants. Mais ils sont bien plus réticents à montrer et condamner les violences systématiques des forces de répression, qui tuent, mutilent, blessent et emprisonnent des centaines et des centaines de manifestants.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Manifestation   /    médias   /    Violences policières   /    Répression   /    Politique