^

Politique

Ceux d'en haut à la défensive

Acte VI : Les Gilets jaunes reprennent le contrôle des Champs Elysées

Le gouvernement a été pris à revers. Pour l’acte VI, la plupart des grandes enseignes des Champs-Élysées étaient ouvertes. Ce matin, « seuls quelques gilets jaunes » déambulaient sur l'avenue commençait le Figaro, une façon de dire que le calme sur les Champs-Elysées était une expression de la « très faible mobilisation ». Pourtant, depuis 17h, plusieurs milliers de gilets jaunes défient Macron et sa police aux abords de l’Arc de Triomphe.

samedi 22 décembre 2018

Crédits photos : © Zakaria ABDELKAFI / AFP

Les médias semblent avoir changé de discours depuis ce matin. Après la rengaine des « 800 gilets jaunes » sur Paris le discours est maintenant d’afficher 2 000 manifestants tant le premier chiffre avait perdu toute crédibilité, comme en témoignent les différentes vidéos diffusées sur les réseaux sociaux dans différentes villes à Paris, Toulouse, Bordeaux ou encore Nantes. Chez les journalistes, c’est une forme d’inquiétude que l’on entend. Les comparaisons entre le soulèvement du 1er décembre et cette journée du 22 décembre trahissent d’une certaine manière la surprise des grands médias.

A quelques jours de Noel, et malgré la stratégie gouvernementale, les gilets jaunes ont réussi à trouver comme point de jonction les Champs-Elysées suite à leur déambulation dans Paris. Plusieurs milliers de gilets jaunes, réduis à plusieurs centaines par les grands médias, ont repris possession de l’Avenue des Champs Elysées et de l’arc de Triomphe. Les commerçants sont finalement obligés de baisser les rideaux des magasins. Les forces de police, prises au dépourvu, ont dû se repositionner sur place et ont tenté de disperser les manifestants en replaçant les canons à eau. Ils ont été forcés de fuir, car en position de faiblesse par rapport aux gilets jaunes. Le retour à l’ordre par l’Etat, vraiment ?

Face à cette victoire tactique des gilets jaunes, les forces de police ont réprimé et tenté de dissoudre les cortèges de gilets jaunes en utilisant les lacrymogènes, grenades désencerclantes, et canons à eau. Face à cette épreuve de force imposée par les gilets jaunes, l’objectif du gouvernement et de ses forces de police est paradoxalement de montrer que tout est sous contrôle. Il s’agit ainsi d’essayer de limiter la casse en montrant que les Champs-Elysées restent calme et de limiter le coût politique de la reprise en main de cette position par les Gilets jaunes. Oui, le gouvernement est en réalité pris à revers par la persistance de la mobilisation bien plus importante qu’il ne le pensait. En témoigne notamment le peu de forces de police mobilisées en prévision de l’acte 6, comparativement aux précédents épisodes.

Plus en général, la stratégie des gilets jaunes qui ont baladés les flics à Versailles le matin, puis mis en difficulté par des cortèges surprises dans tout Paris l’après-midi démontre encore une fois que ce ne sont ni les miettes du gouvernement ni ses manœuvres qui en finiront avec le soulèvement des gilets jaunes. Les 109 interpellations dont celle d’Eric Drouet, une figure du mouvement, chiffre important en rapport notamment à l’acte 5 sont, en définitive, l’incapacité du gouvernement à éteindre la colère des gilets jaunes, une expression de sa faiblesse. Malgré les différents stratagèmes du gouvernement, l’inventivité des Gilets jaunes montre les ressources et la détermination du mouvement à défaire Macron et son monde.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Politique