^

Notre classe

"Nous n'avons pas d'autre choix "

Action CFDT ? "Je soutiens ce qui a été fait", dit Thierry Defresne, CGT

Les images de l’action au siège de la CFDT tournent en boucle, Berger dit vouloir maintenir son dépôt de plainte et Macron parle de violences qui sont « une honte pour [la] démocratie ». Pour Thierry Defresne, Délégué Syndical Central CGT Total Raffinage Pétrochimie, « le gouvernement porte à 100% la responsabilité de ces actions dures ».

lundi 20 janvier

[Créd. Christophe Frébou]

RP

Dès vendredi après-midi, Emmanuel Macron est sorti de sa réserve, prenant personnellement position dans ce qu’il s’était passé plus tôt, dans la journée, au siège de la CFDT, parlant de « violences [qui] sont une honte pour [la] démocratie ». Tu n’es pas, je crois, exactement sur la même longueur d’onde ?

Thierry Defresne

La honte pour la démocratie, c’est l’orgueil de couple Macron-Philippe qui impose une réforme dont la majorité des organisations syndicales - et donc des salariés - ne veut pas. Je parle d’orgueil car ces deux-là ne pensent qu’à leur riches amis et à leur carrière personnelle, en méprisant le principe même de l’intérêt national.

Car oui, par respect pour ceux qui se mobilisent, se mettent en grève ou défilent dans la rue, mais aussi par respect pour ceux qui subissent les grèves directement et indirectement, cette réforme devrait avoir été retirée depuis longtemps. C’est un déni de démocratie sociale. Si la démocratie, c’est voter une fois tous les cinq ans en donnant les pleins pouvoirs pendant le quinquennat, alors Macron trompe à nouveau les Français sur la vraie signification de ce principe auquel nous tenons tous et qui est pulvérisé par le gouvernement Philippe.

RP

L’action de vendredi a été décidée en Coordination RATP-SNCF par les grévistes eux-mêmes. Beaucoup l’ont condamnée, se disant solidaire de Berger. C’est ton cas ?

Thierry Defresne

Sur l’action en elle-même, je soutiens ce qui a été fait. Après que la CFDT a instrumentalisé la grève (je crois qu’appeler à se « mobiliser » pour le retrait de l’âge pivot le même jour qu’un appel national pour le retrait de la réforme est malhonnête) pour servir ses propres revendications confédérales portées par une minorité à sa tête, après qu’elle n’a rien fait, pas même appelé à un jour de grève et qu’elle a crié victoire alors que beaucoup luttent ardemment dans les entreprises pour le retrait de la réforme, il n’est pas étonnant de voir ce genre d’actions. Elles devraient même se multiplier, car après tout, lorsque l’on utilise le seul moyen légal pour protester contre un projet de loi, c’est-à-dire la grève et que le gouvernement balaie du revers de la main toute contestation, alors le risque est grand de voir une radicalisation du mouvement syndical et ouvrier. Le gouvernement porte à 100% la responsabilité de ces actions dures, nous n’avons pas d’autre choix.

[Propos recueillis par JBT]




Mots-clés

Coordination RATP-SNCF   /    Mouvement des retraites 2019-2020   /    Laurent Berger   /    Réforme des retraites   /    CFDT   /    CGT   /    Notre classe