^

Politique

Action d’Attac à la Samaritaine : pas d’indignation pour les milliards accumulés pendant la crise sanitaire !

Samedi, l’organisation Attac s’en est pris à Bernard Arnault en recouvrant quelques vitrines de la Samaritaine de peinture noire et de deux banderoles dénonçant les profits délirants de l’homme le plus riche du monde.

lundi 5 juillet

Crédits photo : Attac

Ce week-end, des militants de l’organisation Attac ont recouvert de gouache noire les vitrines de la Samaritaine, tout en déployant deux grande banderoles, l’une floquée de la tête de Bernard Arnault suivi de la phrase « Bernard Arnault, PDG de LVMH, +62 milliards d’euros pendant la crise », l’autre avec les tête de Liliane Bettancourt, Patrick Drahi, François Pinault et Bernard Arnault, qui font parti de ceux qui ont le plus profité de la crise sanitaire.

Cette organisation qui lutte pour la justice fiscale, écologique et sociale s’en est prise à la Samaritaine, grand magasin de luxe à Paris qui venait de rouvrir, inauguré par Emmanuel Macron il y a 10 jours. Accueillant les plus grandes marques de luxe, notamment du groupe LVMH détenu par Bernard Arnault, les militants l’on choisi pour s’attaquer aux plus grosses fortunes de France qui ont vu leur chiffre d’affaire augmenter pendant que la majorité de la population se retrouvait en première ligne face au virus, beaucoup ont risqué leur vie, ont perdu leur travail et à l’image des immense queues devant les centre de distribution de colis alimentaires, se sont vu sombrer dans la précarité.

Suite à cette action, l’organisation fait face à de nombreuses attaques de la part de la classe dominante notamment sur twitter. Le député En Marche, Eric Girardin, défend Bernard Arnault puisqu’il serait celui qui aurait créé de nombreux emplois en France et fait rayonner le pays à travers le monde. Mais n’oublions pas que c’est surtout celui qui n’a pas hésité à licencier en masse ces derniers mois, utilisant le prétexte de la pandémie. Anne Hidalgo a, de son côté, dénoncé un « acte de vandalisme », or le vrai vandalisme c’est plutôt les nombreuses évasions fiscales du groupe (27% de ses filiales se situe dans des paradis fiscaux ce qui est le plus fort taux du CAC40) qui ont permis, entre autres, au patron de LVMH de continuer de s’enrichir sur le dos des salariés.

La puissance de la classe dominante se réveille pour protéger l’homme le plus riche de France face à quelques jets de gouache noire. Défendre celui qui a bien profité de la pandémie pour que l’Etat rémunère ses salariés au chômage partiel tandis que l’argent continuait de couler à flot dans les caisses de son entreprise. Les actionnaires vont recevoir 25% de plus de dividendes soit 3 milliards d’euros, de l’argent gagné sur le dos des salariés donc nombre d’entre eux ont été licenciés, sous prétexte de la pandémie. Le groupe a, en effet, diminué ses effectifs mondiaux de 7,1% soit de 13 000 emplois. De son côté, selon un rapport Oxfam, Bernard Arnault a vu sa fortune personnelle augmenter de 62 milliards d’euros pendant la pandémie, lui permettant de devenir l’homme le plus riche de la planète, dépassant le patron d’Amazon, Jeff Bezos.

Il est nécessaire de s’organiser et de lutter contre ces grandes fortunes qui continuent de s’enrichir sur notre dos, au mépris de nos vies. Nos vies valent plus que leurs profits !




Mots-clés

Crise sanitaire   /    Crise économique   /    Bernard Arnault   /    #NosViesPasLeursProfits   /    Politique