^

Monde

Afghanistan. Deux manifestations réprimées par balles par les Talibans

Des dizaines de personnes ont manifesté dans plusieurs villes afghanes, rappelant toutes les contradictions de l’arrivée au pouvoir des talibans, qui pourrait bien être rejetée plus clairement par la population.

mercredi 18 août

source : Twitter Pajhwok Afghan News / @ pajhwok

Ces deux derniers jours, en Afghanistan, des manifestations ont réuni des dizaines de personnes, notamment dans les villes de Jalalabad et de Khost. Les manifestants y brandissent le drapeau tricolore afghan, symbole de leur volonté de voir disparaître le drapeau blanc avec des inscriptions de la profession de foi islamique. Drapeau que les talibans ont hissé en haut du palais présidentiel, en même temps qu’ils ont pris le pouvoir dans le pays, qu’ils définissent dorénavant comme un émirat islamique.

Traduction du tweet : des centaines de jeunes ont brandi le drapeau national dans la rue Pashtunistan après une manifestation de soutien au drapeau national à Jalalabad. Des témoins affirment que les talibans ont tiré en l’air sur les manifestants et battu plusieurs journalistes.

Les médias sur place relatent que les talibans ont tiré en l’air plusieurs coups, avant de prendre pour cible les manifestants. Plusieurs sources dont Aljazeera rapportent que la répression violente a fait plusieurs blessés et morts.

Tout au long de leur conférence de presse les talibans ont cherché à donner l’impression qu’ils auraient changé, qu’ils seraient plus modérés. Si cette communication s’adresse en partie à la communauté internationale, auprès de qui les talibans cherchent des alliés, elle vise aussi à convaincre une population qui souffre et dont une partie est effrayé et réfractaire à leur arrivée au pouvoir. Après 20 ans sous occupation impérialiste, le pays est dévasté, des millions d’Afghans ont été déplacés, en 2020 le taux de pauvreté a dépassé 72% et le pays fait face à une crise alimentaire des plus graves au monde. A cela s’ajoute les conséquences des attaques impérialistes, les dizaines de milliers de morts et la torture et la terreur récurrente. Et sur ce bilan déjà catastrophique l’arrivée des talibans au pouvoir promet un recul des droits, une augmentation des mesures répressives, notamment pour les femmes et un contrôle toujours plus important de la vie privée. Or cette population déjà profondément éprouvée pourrait ne pas accepter les nouvelles attaques.

Ce rejet des Taliban s’est fait également entendre parmi les réfugiés afghans en Iran. Ainsi, des images montrent une manifestation de femmes à Qoms (Iran) où les manifestantes scandent des slogans comme « Mort aux Taliban ! » ou « Nous ne voulons pas un Emirat Islamique ! ».

Ces contradictions sociales et politiques suite au retour des Taliban au pouvoir indiquent la possibilité d’une autre voie pour les travailleurs, la jeunesse et les femmes, pour toutes celles et ceux qui ne veulent pas choisir entre les talibans au pouvoir, l’imposition de la charia et l’occupation impérialiste qui pille et tue. Une possibilité pour le peuple afghan d’offrir une résistance aux talibans de construire de leurs propres mains une alternative dans la rue, par la grève sur les lieux de travail, par la mobilisation dans les écoles, les lieux d’étude et les quartiers qui soit progressiste face au panorama néfaste que 20 ans d’invasion impérialiste a laissé devant eux.




Mots-clés

Afghanistan   /    Manifestation   /    Répression   /    Monde